Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2009

Quand Oracle rachète Sun

Après les discussions avortées avec IBM, c'est donc Oracle qui remporte la mise pour 7,4 milliards de dollars. En tant qu'employé de Sun, je n'ai pas de commentaires particuliers à faire, et d'ailleurs nous n'avons pas plus d'informations que ce qui peut circuler sur le Web. Comme beaucoup, on se demande ce que va devenir l'activité matérielle. On parle beaucoup de Solaris, de Java de MySql qui sont le logiciels les plus visibles et les plus connus de Sun, mais ce ne sont pas ces activités qui font le chiffre d'affaires. Celui-ci est très largement lié à la vente de matériels (serveurs et stockage) et au support associé. Sun n'a pas réussi à enrayer le déclin de cette activité par une offre logicielle attrayante mais dont il n'a jamais pu tirer un chiffre d'affaires capable d'en prendre le relais.

Au delà des divers commentaires, il est sans doute intéressant de s'informer à la source, comme sur ce communiqué officiel déposé auprès des autorités boursières

Ce communiqué résume les principaux aspects du rachat :

- Product Overview and strategy

- Customers and partners

- Business Continuity

On a pensé à tout : les produits, les clients, les partenaires, la continuité de l'activité, tout ce qui fait la vie d'une entreprise. C'est sans doute un oubli s'il n'y a pas de chapitre concernant les employés.

20/01/2009

Sun et l'Open Source

Un dossier complet sur ce sujet est paru sur silicon.fr. Le virage de Sun (mon employeur) vers une stratégie Open Source est maintenant quasiment achevé. De Solaris à MySQL, en passant par Java et OpenOffice, c'est toute une palette de technologies qui est ainsi disponible. Un succès d'estime, pour l'instant. On en espère que cette stratégie débouchera sur un modèle business convaincant.

19:04 Publié dans Business | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2008

Fabriqué en dollars, vendu en Euros

Quand le dollar perd 10 cents face à l'euro, Airbus perd un milliard estime Louis Gallois, président d'EADS.

Airbus fabrique en Euros et vend en dollars.

Il y en a d'autres qui font le contraire.

Des fabricants de matériel informatique, comme le mien par exemple. Chez Sun, on fabrique en dollars et on vend en Euros. Le taux de change est alors très favorable pour le vendeur, beaucoup moins pour le client. C'est aujourd'hui la zone Euro, y compris la France, qui tire les résultats, alors que la zone américaine se traîne.

Un de nos clients, qui a une filiale au Brésil, s'est fourni là bas à des prix beaucoup moins élevés que ce qu'il nous paie en France pour les mêmes équipements. A voir la différence, il n'est pas loin de penser qu'il s'est fait rouler. 

Du coup, il essaie de se fournir au Brésil plutôt qu'ici, pour ses nouveaux matériels à destination de la France. 

24/11/2006

Vous m'en mettrez 400 pages!!

 

Nous venons de remettre notre réponse à un RFI (Request For Information). Le client a paru soulagé de la "relative" minceur de notre dossier qui ne fait que 130 pages. Un des soumissionnaires a fait une réponse de plus de 400 pages!!  Mauvais point dixit le client..., et ce n'est pas ça qui va l'aider.

Pourquoi s'obstine-t-on à croire que l'on va gagner un dossier au poids?

Vous m'en mettrez 400 pages!! Ca fait sérieux et montre qu'on a beaucoup travaillé. En fait, les décideurs ne lisent que le résumé, le fameux "exec summary". C'est ce résumé qui doit faire l'objet du plus de soin. Ce n'est pas toujours le cas car il doit être écrit à la fin, et tout le monde est fatigué.

Henri Kaufman me signale amicalement que mes billets sont un peu longs, sur ce blog. Il a sans doute raison. Du coup je m'arrête là pour celui-ci.

Bon week-end

20/11/2006

Un scénario à la Myahoo

Une fuite organisée

Yahoo n'a pas le moral, et l'on ne parle plus que de la fuite organisée par l'un de ses VP, sous la forme du memo dit du "peanut butter". Dans un contexte bien différent, il est vrai, on se souvient comment Antoine Zacharias fut contraint de démissionner à la suite des fuites orchestrées par son second. Ce n'est surement pas bon signe pour la direction de Yahoo que ce Brad Garlinghouse, que je ne connais pas,  proclame tout ce qui ne va pas, selon lui, chez Yahoo. Les rumeurs repartent donc, d'une fusion/rachat Microsoft Yahoo. Certains proposent Yasoft, je trouve Myahoo plus mignon et plus approprié à l'image, comme à la situation du chasseur et de la proie.

Les recettes classiques

Ce qui m'intéresse dans ce memo est qu'il contient un vrai concentré de management à l' américaine :

- On commence par du positif (toujours un peu outrancier): "Three and half years ago, I enthusiastically joined Yahoo!... "

- Echouer n'a pas d'importance si l'on sait rebondir : "A reminder that the measure of any person is not in how many times he or she falls down - but rather the spirit and resolve used to get back up. "

On ne juge pas quelqu'un au nombre de ses échecs, mais plutôt à la manière dont il est reparti de l'avant. On rêve de ce type d'attitude, ici en France!!

- Regarder la réalité en face : "We lack a focused, cohesive vision for our company...We are separated into silos that far too frequently don't talk to each other. And when we do talk, it isn't to collaborate on a clearly focused strategy, but rather to argue and fight about ownership, strategies and tactics."

Nous n'avons pas de vision cohérente pour cette compagnie. Nous sommes séparés en silos qui ne se parlent pas. Et quand on se parle, ce n'est pas pour travailler ensemble à une stratégie claire, mais pour discuter et se battre à propos de "qui fait quoi", de stratégie et de tactique.

- Et donc un plan d'action:

1. "Focus the vision" : Concentrer les objectifs
2. "Restore accountability and clarity of ownership" : Clarifier la responsabilité des actions et des objectifs
3. "Execute a radical reorganization" : La REORG!!!

- Et voilà notre Robespierre qui entre en action:

"We need to boldly and definitively declare what we are and what we are not" Nous devons affirmer hardiment et definitivement ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas.

"Existing business owners must be held accountable ...-- heads must roll," Les responsables business doivent être tenus pour responsables.. Des têtes doivent rouler (de l'échafaud)

"We must reduce our headcount by 15-20%". Il faut réduire le nombre de postes de 15 à 20%

Myahoo

Encore une fois, je ne connais pas Brad Garlinghouse. Dans ce memo,

- il y a le meilleur: Rester positif, et toujours cette formidable volonté de rebondire

- et le plus banal : des "tough decisions", des têtes doivent tomber, réduire le nombre de postes

Brad Garlinghouse illustre parfaitement ce qu'il dénonce chez les autres, c'est à dire l'énergie dépensée à gérer les luttes de pouvoir, en essayant de se faire bien voir par les analystes financiers. Car, qu'y a-t-il de spécifique à Yahoo dans ce type de plan de relance que l'on a déjà vu partout?  Tout ça est juste du copier/coller de de n'importe quel ambitieux, dont la seule idée concrète sera de virer ceux qui le gênent.

Vous voulez lire un vrai plan d'action, construit, argumenté et lucide, lisez "The Internet Services Disruption" de Ray Ozzie, le CTO de Microsoft. Le memo est disponible ici.

Il y a des jours où l'on en a tellement marre de la googlemania, que l'on aimerait bien que Yahoo se redresse. Ce n'est pas avec ce Brad Garlinghouse qu'ils y arriveront. Au delà de la puissance financière, il semblerait bien que l'on soit beaucoup plus lucide chez Microsoft, qui par ailleurs ne porte pas si mal.  

Alors pourquoi pas ce scénario annoncé à la Myahoo?

18:51 Publié dans Business, Web | Lien permanent | Commentaires (2)