Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La "science" économique

Je parcours le journal « Capital », un journal qui défend le libéralisme et le libre échangisme. Justement, voici un article qui veut nous mettre en garde contre les idées protectionnistes qui commencent à ressurgir. On nous fait donc un tableau très alarmant des conséquences du protectionnisme : baisse du pouvoir d’achat, guerre commerciale, impossibilité de rapatrier certaines productions. Pour appuyer cette apocalypse, un encart nous rappelle que la science économique a démontré depuis longtemps les avantages du libre échangisme. Que ce soit Adam Smith ou Ricardo, l’affaire est entendue depuis le XVIIIème siècle. Ainsi Ricardo, prenant l’exemple du Portugal et de l’Angleterre a, ou aurait démontré que chacun de ces deux pays avait intérêt à se spécialiser dans ce qu’il sait faire de mieux plutôt que de tenter de tout produire par lui-même.

Personnellement, je ne connais pas le contenu détaillé de la dite démonstration, si tant est que c’en soit une. Je remarque seulement que la science économique du XXIème siècle s’appuie sur des théories du XVIIIème siècle. C’est comme si la physique n’avait pas bougé depuis Newton. Alors que la physique s’occupe de phénomènes immuables qui sont les mêmes depuis la création du monde, ses théories évoluent et progressent au fur et à mesure des siècles, des raffinements successifs et des nouveaux paradigmes.

En économie, où tout a changé depuis 300 ans, on continue à s’appuyer sur des théories anciennes et très certainement dépassées. Que vaut aujourd’hui, une théorie de Ricardo qui ne connaissait que quelques pays européens tous similaires, quand nous vivions dans un monde de plus de 7 milliards d’hommes répartis dans des pays aux systèmes économiques et sociaux si différents ?

Comme l’écrit Michel Volle : « Une théorie se dégrade en doctrine lorsque ses résultats, détachés des hypothèses dont ils résultent et de la situation à laquelle elles répondent, sont affirmés comme des vérités inconditionnelles : la doctrine soumet la relation entre la pensée et l’existant à l’affirmation de certaines valeurs ou à une orientation politique. »

 

Les commentaires sont fermés.