Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'affaire Benalla

Comme disent les américains "it's not the crime, it's the cover up". Comme ces gens ne sont sans doute pas complètement idiots, j’imagine que sur une affaire qui sort, il y en a neuf autres que l’on réussit à étouffer. Il reste à savoir si celle qui sort ne fait pas encore plus de dégâts que les neuf autres si elles avaient été découvertes.

En attendant, je lis les commentaires des lecteurs, autant que la relation des journalistes. La population commentante se partage entre ceux qui écrivent qu’on donne beaucoup trop de place à cette affaire : après tout, il n’a fait qu’aider la police alors que des casseurs les agressaient. Il y a ceux qui détestent Macron et en profitent pour déverser leur bile. Il y en a, comme moi, qui ne s’étonnent pas. Le système est tel que le Président de la 5ème République ne peut pas résister à l’ivresse d’un pouvoir presque sans limites. Un pouvoir presque sans limites sur l’accessoire : les nominations, la vie de cour, la tambouille politicienne, les lois qu’on fait voter, le pouvoir de commander. Un pouvoir presque sans aucune prise sur l’essentiel : l’économie, l’Europe, les États-Unis qui nous humilient, les Russes qui nous méprisent, les Chinois qui nous ignorent. J’ai déjà écrit que Macron allait forcément être emporté par cette ivresse. Élu à moins de quarante ans, laissant tous les autres sur place, créant un nouveau parti à sa botte en moins d’un an, loué par toute la presse française et internationale, il n’était pas possible qu’il résiste. Et forcément, il pense qu’il est le meilleur, qu’il va faire les réformes que tous les autres n’ont pas osé faire, qu’en cinq ans, il va transformer le pays. Il ne connait plus ses limites.

Et puis il y a d’autres commentateurs, de moins en moins rares. Ils commencent à se pose la question du vrai rôle de ce Benalla. Et l’on va vite penser qu’il est étrange qu’un jeune homme de 26 ans, sans qualité particulière ait pu prendre une telle place dans la vie du Président de la République. Comme, on s’étonne in petto de ce couple étrange avec sa femme de vingt ans de plus que lui. Il n’y a plus qu’un petit pas à franchir pour spéculer sur une liaison homosexuelle.

Les commentaires sont fermés.