Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2017

Proust et les titres de noblesse

En lisant Proust, j’ai éprouvé une satisfaction très snob à ne pas être étonné de voir Oriane devenir duchesse de Guermantes après avoir été princesse des Laumes. De même d’apprendre que le baron de Charlus était le frère du duc de Guermantes.

Comment peut-on être duchesse après avoir été princesse ? Comment un duc peut-il avoir un baron pour frère ?

C’est que la graduation théorique des titres de noblesse met le prince au sommet, suivi du duc, du marquis, du comte, puis du vicomte et enfin du baron. Mais bien des exemples montrent que cet ordonnancement n’a rien de commun avec une hiérarchie stricte, presque militaire. C’est ainsi que chez les la Rochefoucauld, on est prince de Marcillac tant que son père est duc de la Rochefoucauld, titre dont on hérite à sa mort lorsque l’on devient alors chef de famille.

Je suspecte Proust d’avoir eu le même plaisir de connaisseur à piéger ainsi le lecteur, ignorant de ces subtilités, qui s’apprêterait à protester auprès de l’auteur, ou pire encore, s’en étonner dans un salon.

Écrire un commentaire