Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2015

Jasenovac : Un camp de la mort en Croatie

On croit tout savoir, ou presque, sur la deuxième guerre mondiale, au point d’en avoir assez du devoir de mémoire. Et puis voilà, que le blog de Stalker, pour une fois pas trop bavard, me fait connaître ce camp d’extermination croate. Le livre d'Egon Berger, un des rares survivants témoigne de cette horreur en Croatie. Le mot d’ordre de l’état indépendant de Croatie : un tiers des Serbes doit être converti au catholicisme (les Serbes sont majoritairement orthodoxes), un autre tiers expulsé, le troisième tiers exterminé.

Les camps de concentration croates disputent en atrocité avec les camps nazis. On y exterminait au couteau, au marteau, à coups de pierres, par mort de faim. Ce qui prouve une fois de plus et qui a encore été démontré au Rwanda : il n’y a pas besoin d’une organisation industrielle pour les massacres de masse.

Le camp le plus important était celui de Jasenovac,  dirigé par le général oustachi Vjekoslav Luburić. Le garde Petar Brzica s'y illustra en coupant, en une nuit, la gorge de 1 360 Serbes et Juifs avec un couteau de boucher ce qui lui valut le titre de « roi des coupe-gorges ».

J’avais entendu parler de cet état fantoche en Croatie, de la guerre civile antre les partisans de Tito et la résistance tchetnik. Je ne savais pas à quel degré d’horreur tout cela était arrivé.

On croit tout savoir, mais on a une vision très parcellaire. Pour nous, l’histoire de la deuxième guerre mondiale, c'est la débâcle de 1940, la Résistance, la Libération. Au delà, le martyr de la Pologne, les combats sur le front russe. Et puis bien sûr la Shoah.

Mais on ne sait presque rien sur la guerre dans les Balkans, ou en Grèce, des fronts "secondaires" là où les massacres ont été au moins aussi massifs et horribles.

Les commentaires sont fermés.