Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Branchez vous sur l'électricité du Sahara

 

Sahara_satellite.jpg

Le Sahara, c'est très grand, il n'y a pas grand monde et il y fait très chaud. Et puis ce n'est pas si loin. Voilà qui en fait peut être un bon candidat pour une centrale solaire gigantesque. 8,6 millions de Km², c'est plus de 15 fois la superfice de la France,  grillée par le soleil qui ne chauffe que les scorpions et les caravanes qui passent. On pourrait peut-être en tirer partie pour nous. Inépuisable, renouvelable et propre, c'est le soleil du Sahara. De savants calculs le prouvent : En théorie, un  morceau du Sahara de 90 000 Km², plus petit que le Portugal et un peu plus de 1% de sa superficie totale,  pourrait donner la même quantité d'électricité que les centrales électriques  du monde réunis. Un petit carré de 15500 km ² pourrait fournir de l'électricité pour l'Europe de 500 millions de personnes. C'est ce qu'affirme cet article de Time Magazine.

L'énergie est là. Il ne reste plus qu'à l'exploiter. Ce qui n'est pas simple. Il semblerait que le meilleur système, toujours d'après Time, serait un processus intitulé CSP (Concentrating Solar Power) qui concentre la chaleur du soleil pour faire bouillir de l'eau et fonctionner des turbines électriques. De l'eau en plein Sahara, pas de problèmes !! Il suffit d'utiliser des zones du désert sous le niveau de la mer et d'amener l'eau de la mer dans ces dépressions pour les faire bouillir. Ca sent le projet fumeux (c'est le cas de le dire) d'un ingénieur survolté. Passons, et..

Supposons que l'on ait résolu le problème de la fabrication d'électricité, il faut encore le transporter vers l'Europe. Tout ça coûterait très cher, sans doute à un prix de revient supérieur aux systèmes actuels. 465 Milliards de dollars dans les prochains 40 ans, nous dit-on. En fait, on n'en sait rien évidemment. Plus cher aujourd'hui, sans doute, mais propre, inépuisable et couvrant largement nos besoins. Ce qui en fait un sujet d'étude plus qu'intéressant. Comme le dit, l'un des promoteurs de cette idée : Il faut commencer, utiliser la méthode du Lego, pièce par pièce et montrer que cela peut être rentable.

 

Commentaires

  • Au mois de février (quelle chance !), je pars dix jours dans le Sahara justement...
    Si j'ai le temps, je regarderai pour nos ingénieurs s'il y a un lieu désertique (ça va de soi) où l'on pourra stocker l'eau de mer et d'océan et installer panneaux solaires, centrales électriques et espace de distribution. Chouette alors !
    En fait, je n'ai jamais cru aux "solutions uniques" (ni aux "causes uniques") ! Ça me rappelle l'idée de ceux qui voulaient envoyer dans la stratosphère je ne sais plus quel gaz de sel, par millions de tonnes, destiné à lutter contre l'excès de CO2 et l'effet de serre.

  • Nicolas,

    Je te souhaite un bon séjour dans un lieu dont on revient, parait-il, envouté

  • Sans compter la rosée que l'on peut récupérer
    Sans compter le rayonnement radiatif qui fabrique naturellement du froid par évaporation
    Sans compter tout ce qu'on peut déjà faire et qu'on sait déjà faire et que dans notre infinie paresse et compromission on n'a jamais mis en oeuvre
    Sans compter tout ce qu'on n'imagine pas et qu'on saura faire demain

    Je balance entre l'espoir et le dégoût total de ma propre espèce...

  • Comment vas tu René ? :)

  • Retour du Sahara.
    Tu imagines tout ce qui a de meilleur, au maximum de ton imagination. Si si, encore plus... sans limites.
    Eh bien le désert, là bas, c'est encore plus beau que tout ce que tu peux imaginer...

  • Le désert est comme de l'or )

  • Voila. J'ai trouvé un blog intéressant dans son sujet. Merci!

  • Great post...........very useful information.........keeep it up..........thumb's Up!

Les commentaires sont fermés.