Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2008

Un dos maçonné

Vraiment, Rimbaud aurait bien fait de tourner un "dos maçonné" à ses anciennes activités littéraires ?

C'est ainsi que René Char image une rupture qu'il essaie de défendre malgré l'évidence d'un parcours qui finit très banalement.  Tout indique, en effet, qu'après ses trois années de poésie, Rimbaud  s'est très communément rangé. Il voulait faire de l'argent, se marier, et ne parlait plus de ses poésies. Juste des rinçures, disait-il, quand il daignait encore en parler.

René Char ne pouvait pas mieux dire avec ce dos maçonné. Rimbaud quittait ce cadeau de la vie qu'on nomme adolescence. Une, deux ou trois années pendant lesquelles tout est questionné, remis en cause et rejeté. Tout le discours parental et scolaire n'a plus aucune légitimité ; on a la chance alors de pouvoir construire le sien. Peu en profitent, il est bien compliqué de ne plus avoir les certitudes de l'opinion commune. Voilà une période dont beaucoup se souviennent avec mépris comme l'instant où l'on se pose la questions idiote du "sens de ma vie".

Il faut juste admettre que la vie n'a de sens que celui qu'on lui donne. Mais non, ils préféreront se rendormir comme passager d'un processus biologique qu'on appelle la vie. Après cette période vraiment trop dérangeante, on accueille avec soulagement le confort de l'opinion toute faite (mais par qui ? n'est plus une question) et de la vie comme habitude. Le dos est bien maçonné, bardé de certitudes qu'on ne remettra surtout plus en question. Bétonnons, colmatons,  et ne revivons plus jamais cette période si dérangeante.

D'autres, plus rares, se décident alors à prendre les commandes. La voie n'est plus tracée par d'autres et il s'agit de voir au loin, jusqu'au tombeau bien ouvert qui nous attend tous, pour retrouver quoi ? L'éternité.

Commentaires

C'est au pied du dos qu'on voit le maçon.... Ok, je file !!! :)

Écrit par : Cath | 30/10/2008

Le chemin est rude pour garder le dos droit et fluide à la fois, toute une vie !

Écrit par : Carole_F | 30/10/2008

Catherine,
Content de te revoir. Ton humour désarme à chaque fois, mes propos un peu lourdingues. J'aimerai avoir cette grâce.

Carole,
Il faut garder le dos droit, et la raideur crispée ne nous met à l'abri que des dangers de la liberté. Pas sûr que celle-ci soit fluide, mais elle mérite d'être vécue.

Écrit par : René | 01/11/2008

Les commentaires sont fermés.