Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2008

Des sifflets du Stade de France à Bernard Tapie

Les sifflets du Stade de France lors de la Marseillaise précédant le match France-Tunisie sont un bon exemple d'une certaine impuissance du politique.

  1. Ces sifflets sont intolérables
  2. Il faut donc les sanctionner, comme le prévoit la Loi
  3. La meilleure sanction est de suspendre le match et de poursuivre les fauteurs de trouble

Ca ne marche pas, nous disent les "experts" :

  1. On ne peut le faire que pour un match amical. Lors d'un match officiel, on sanctionnerait l'Equipe de France. Les supporters de l'équipe adverse auraient beau jeu de siffler la Marseillaise pour faire annuler la rencontre et du même coup faire perdre l'équipe de France
  2. On arrive à cette absurdité, que l'on sanctionnerait les sifflets lors d'une rencontre amicale sans enjeu, tout en les tolérant au cours d'une partie officielle
  3. On ne peut pas faire évacuer 80 000 personnes d'un stade de manière impromptue (NDLR : Mais que fait-on en cas d'incident grave, écroulement d'une tribune, incendie ? On les laisse tous brûler à l'intérieur ???)
  4. Donc c'est impossible. Le politique aura, une fois de plus, fait la preuve de son impuissance
  5. Voilà ce que disent les commentateurs qui ont la partie facile à critiquer ce genre de décisions précipitées. Ils se gardent bien d'avoir le début d'une idée pour contrecarrer des sifflets qu'ils jugent tous insultants.

Voilà Bernard Tapie qui arrive, hier soir, dans l'émission d'Arlette Chabot. Une fois de plus, il fait le spectacle, et met tout le monde dans sa poche (y compris votre serviteur).

Et voici sa solution : Les siffleurs sont dans une logique d'escalade. On a sifflé lors du France-Algérie, et du France-Maroc, il faut faire encore plus fort pour le France-Tunisie. Et il faut que ça se voit, que ça s'entende, et qu'on en parle à la télé. La réussite a été totale, puisque le Président de la République lui-même s'en est mêlé. Soyons certains, qu'à la prochaine occasion, ils tenteront d'être encore plus visibles et bruyants.

Mais quel est le problème ? Ils couvrent la Marseillaise de leurs sifflets. Il suffit de couvrir leurs sifflets de la Marseillaise. Le moyen est fort simple, coupons les micros d'ambiance et ne filmons pas les siffleurs. On ne les verra pas, on ne les entendra pas. La Marseillaise sera toujours jouée et triomphera des siffleurs. Ceux-ci, déçus qu'on ne parle plus d'eux puisque ils n'auront pas été entendus abandonneront vite des sifflets inaudibles qui ne scandaliseront plus personne.

Ce n'est pas pour rien que Bernard Tapie est populaire chez ces siffleurs. Il les comprend, il peut donc aussi trouver des armes contre leurs excès.

Les commentaires sont fermés.