Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2008

Rentrée "on the cloud"

J'aime bien Nicholas Carr qui ne s'est jamais laissé prendre à certaines naïvetés Web 2.0 tout en sachant souvent y déceler les mouvements de fond qui expliquent les vagues. Voir par exemple son analyse à propos de Chrome.

La thèse de son dernier livre "The big switch" porte sur une évolution de l'informatique vers un modèle centralisé, "on the cloud" comparable à la disparition de la production locale et privée d'électricité au profit d'entreprises spécialisées. L'électricité devient alors moins chère et de meilleure qualité se tranforme alors en simple commodité, disponible pour tous, avec les avantages dont nous disposons encore aujourd'hui.

Le livre est déjà paru depuis plusieurs mois, et Francis Pisani y consacre quelques notes. En guise de rentrée sur le Web, j'y ai laissé un commentaire qui peut également servir de rentrée sur ce blog :

La comparaison entre l’énergie électrique et “l’énergie informatique” est tentante et stimulante. Les évolutions actuelles (the cloud) semblent aller dans le sens décrit par N. Carr. Et pourquoi continuer à - mal - utiliser une informatique en local quand des professionnels le font mieux et pour moins cher.

Il y a pourtant une différence de taille : L’énergie électrique se transporte et ne se stocke pas. L’énergie informatique ne se tranporte pas, ce sont les données qui se tranportent. J’utilise des CPUs, mémoires et dispositifs informatiques à distance avec des données que je leur envoie et que j’exploite une fois transformées. Mes données pourront être stockées en local ou à distance ; dans la pratique elles sont souvent répliquées sur les deux sites.

L’électricité est un simple flux qui ne porte rien d’autre que lui-même au service de la production d’autre chose. Les TIC sont un flux, mais surtout un stock dont la valeur ne se mesure pas qu’en pur volume. Tous les Go ne se valent pas, et si l’on peut bien imaginer un Go banalisé, ouvert et disponible à tous “on the cloud”, je doute que le Go à vraie valeur ajoutée pour celui qui le possède soit confié aux opérateurs du nuage.

 

Tout commentaire, de rentrée également, est bienvenu sur ce sujet, comme sur d'autres...

Commentaires

Dommage que certaines sources ne soient pas in french ;)
J'ai participé au buzz et ai essayé Chrome ; c'est dans mes billets des 3 et 4 septembre et, ce sera encore le cas ce soir (05.09).
Pour d'autres sources dans votre article, je dirais qu'elles ne sont pas trop mes références. Je suis un blogueur lambda ; pas médiatisé ou trvaillant pour les médias ...
Vous venez laisser un petit mot chez moi ? ;)
Heureux de vous retrouver sur votre blog !

Écrit par : Olivier SC | 05/09/2008

Bonjour Olivier,

Je ne sais pas si Francis Pisani est médiatisé, en tous cas, j'apprécie son travail, et c'est ce qui m'importe d'abord. Merci en tous cas pour votre visite. A binetôt pour la mienne

Écrit par : René | 09/09/2008

Les commentaires sont fermés.