Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2008

Quand Bobo-Psy commente l'affaire Fritzl

 

C'est dans Le Point et chez Karim Sarroub que l'inénarrable Jacques-Alain Miller, héritier du non moins inénarrable de Jacques Lacan, livre son analyse sur l'abominable affaire Fritzl.

Extraits de la péroraison de Diafoirus Miller:

"Le Point : Qu’est-ce qui peut conduire un individu à un tel degré de perversion ?
Jacques-Alain Miller : Une bonne éducation, à l’ancienne, de hautes vertus morales... Je m’explique. Par quels traits Das Inzest-Monster, comme l’appellent les Autrichiens, restera- t-il dans les annales cliniques et policières ? Vous pensez bien qu’il ne le devra pas au seul fait de l’inceste, pratique fort répandue, ni non plus au nombre de ses victimes. S’il est exceptionnel, c’est par la ténacité, la constance, l’endurance. Ce qui sort de l’ordinaire, c’est la régularité invariable d’un acte immonde, la méthode, la minutie et l’esprit de sérieux investis dans l’accomplissement solitaire d’un forfait unique s’étendant sur un quart de siècle. Pas une erreur, pas un faux pas, pas un acte manqué. Total quality. Ce sont là autant de qualités éminentes traditionnellement attribuées au caractère germanique. Mises au service de la science et de l’industrie, elles ont fait la réputation des pays de langue allemande. D’ailleurs, c’était un ingénieur en électricité, et il disait à sa femme qu’il descendait dans sa cave pour dessiner des plans de machines.
Si Gilles de Rais en France, Erzsebeth Bathory en Hongrie, grands féodaux des XVe et XVIe siècles, restent dans les mémoires, c’est au contraire pour le désordre de leur conduite, leurs viols et assassinats innombrables. L’Autrichien, petit notable provincial, lui aussi est un tyran, mais purement domestique. Il mène une existence parfaitement « popote », mais dédoublée. Il est fidèle à sa fille Elizabeth, unique objet de sa jouissance, dont il fait en quelque sorte une seconde épouse. Il lui donne sept enfants, le même nombre qu’à son épouse légitime. Il semble que l’on ne puisse lui reprocher ni avortement ni contraception : c’est un bon catholique. Il opère dans la plus grande discrétion, sa conduite n’est l’occasion d’aucun scandale, d’autant que cette seconde famille, il la fait vivre sous terre, dans des cagibis aveugles où l’on ne peut se tenir debout, à la Louis XI."

Comme l'affaire de Bruay en Artois en son temps, comme Marguerite Duras en extase ( coupable , forcément coupable ) à l'époque de l'affaire Grégory, le bobolandais psy se doit de délivrer sa vision.

Vie bourgeoise, éducation catholique, rigueur allemande : Kinder, Küche, Kirche sont les trois mamelles de l'abomination pour ne pas dire du nazisme. "La maison natale de Hitler est à une heure et demie d’Amstetten par la route, Mauthausen plus proche encore"  remarque encore le pontife. On n'échappera pas non plus au fameux "père sévère" dans l'ignominie.

La psychanalalyse, qui garde son intérêt théorique, se meure des Trissotins qui l'incarnent. A force de haine d'une vie bourgeoise dont ils partagent en rougissant les avantages matériels, ils finissent par y voir la racine de pulsions qu'ils dominent par leur savoir quand d'autres y succomberaient de leur aliénation.

De Hitler lui-même, et Beria, en passant par Dutroux jusqu'à Fourniret, il ne manque pas d'exemples de vie de bohême associée à l'ignoble. On en trouvera autant derrière l'apparence d'une vie bien rangée, chez Goebbels jusquà ce Fritzl. Le Mal ne se laisse pas réduire à un mode de vie.

Commentaires

Je suis d'accord avec votre conclusion, René, parce que l'analyse de Miller me semble assez réductrice, mais je me demande ce qui vous pousse à écrire "l'inénarrable Lacan" et ce que vous entendez par là ?

Écrit par : Scheiro | 10/05/2008

Je suis d'accord avec votre conclusion, René, parce que l'analyse de Miller me semble assez réductrice, mais je me demande ce qui vous pousse à écrire "l'inénarrable Lacan" et ce que vous entendez par là ?

Écrit par : Scheiro | 10/05/2008

Sheiro,
"On a le droit d'être agacé par le personnage mais il faut dire clairement ce qui agace."
Mais qui a dit ça ?
Avec Lacan c'est un peu cela. Rien de précis, et je reconnais que ce jugement est un peu sommaire. Du à des souvenirs télévisuels d'un jargonnard pompeux que je n'ai pas pris la peine de chercher à décoder. C'est peut-être injuste...

Écrit par : René | 12/05/2008

'un jargonnard pompeux' effectivement, c'est ce qu'on dit généralement quand on ne comprend rien au discours de l'autre et qu'on a peur de passer pour un con. Mais du même coup en faisant ça on tombe dans les travers de ce qu'on dénonce. Parce que, d'un côté et à juste raison, on fustige les journalistes qui ne font pas leur boulot et, de l'autre, on s'autorise des jugements de valeur dans un domaine où manifestement on ne comprend pas grand chose, quasiment rien même, mais ce qui ne nous interdit pas d'être plein d'a priori négatifs et de dénigrer les figures emblématiques de ces disciplines scientifiques. Scientifique au sens littéral du terme et non pas comme vous devait l'entendre, parce que je ne serais pas étonné que vous puissiez prétendre que la psychanalyse n'a rien de scientifique. Mais c'est une autre affaire. Quand un informaticien dit une connerie sur un blog et même si cet informaticien est le gendre de Andy von Bechtolsheim, ça ne fait pas de celui-ce le dernier des abrutis, n'est-ce pas, René ? Mais bon, c'est peut-être un peu injuste... ;-)

Écrit par : Scheiro | 12/05/2008

La vache !

J'ai tout compris mais torturez-moi pour le savoir ;)

ps : oui, oui, "retenir mes coordonnées" surtout !!!

Écrit par : Cath | 12/05/2008

@ Scheiro,
Quitte à être sommaire, ou injuste, je n'ai pas l'envie ni le temps de m'intéresser plus à Lacan pour infirmer ou non mes premières impressions. Ce billet est un billet d'humeur et qui ne prétend pas traiter de la psychanalyse. Juste des propos stupides d'un de ses représentants qui réduit le catholicisme à l'interdiction de l'avortement, et le caractère allemand à son supposé esprit de sérieux.

@Cath
Eh bien, je ne comprends rien à ce commentaire :-)

Écrit par : René | 13/05/2008

L'avantage de ces petits "signes" :-)
est qu'ils contredisent en peu d'effort
tout ce que as pu (toi, moi, nous, tout un chacun)
tenter de t'évertuer à dire au préalable

Quel est le mot docte et littéraire pour cela ?

Écrit par : Cath | 16/05/2008

On est d'accord, René : JAM dit des conneries - dans son cas c'est assez fréquent - car il réduit "le catholicisme à l'interdiction de l'avortement, et le caractère allemand à son supposé esprit de sérieux", vous sommes d'accord.
Mais, de votre côté, il me semble que vous faites un peu la même chose que JAM, en plaçant Lacan dans le camp des trissotins et en laissant supposer qu'il serait plein "de haine d'une vie bourgeoise" et ceci à partir d'une mauvaise impression gardée d'une prestation de Lacan à la TV.
Vous comprenez, René, qu'il y a qq chose d'assez paradoxal dans votre discours même si je ne vous demande pas, bien entendu de lire "Les écrits" ou la transcription des séminaires de JL pour vous faire une opinion définitive sur l'homme. Mais croire que Lacan serait une sorte de bobo prétentieux, c'est à mon avis s'avancer un peu trop loin, au risque de le paraitre soit-même, peut-être pas bobo, mais prétentieux ;-)

Écrit par : Scheiro | 16/05/2008

@Scheiro
Je reconnais que mon qualificatif à l'égard de Jacques Lacan est un peu facile et trop rapide. Le voilà biffé

Écrit par : René | 16/05/2008

Hahahaaa ! C'est bien barré, René :-)

Écrit par : Scheiro | 16/05/2008

Les commentaires sont fermés.