Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2008

Sylvie Noachovitch, Nicolas Princen, Olivier Martinez : A qui le tour ?

Quoi de commun entre ces trois personnages ?  A des titres divers, ils excitent la blogosphère.

Sylvie Noachovitch, s'estimant diffamée par une accusation de propos racistes qu'elle aurait tenus lors d'un dîner a enjoint un bloggeur de retirer une note rapportant cet écho.

Nicolas Princen a été chargé par l'Elysée d'observer tout ce qui se dit sur la Toile, de traquer les fausses rumeurs et de déjouer toute désinformation à l'encontre du Président.

Suivant les termes d'Eric de Presse Citron, "Olivier Martinez, attaque systématiquement tous les sites qui diffusent ce "scoop" disant en substance qu'il serait de nouveau (ou pas) avec une chanteuse australienne connue avec laquelle il fut, puis ne fut plus, etc..."

 

En ce qui me concerne, j'ai eu l'occasion de défendre Sylvie Noachovitch dans la protection de sa vie privée. Je ne vois rien de choquant à ce que Nicolas Sarkozy s'intéresse à ce qu'on dit de lui sur Internet et à y défendre son point de vue si besoin. Je trouve la réaction d'Olivier Martinez tout à fait disproportionnée et scandaleuse s'agissant "de la publication d'un lien dans Fuzz, (il n'y a même pas un extrait de l'article) renvoyant sur une rumeur publiée dans un blog people."

 

Quoi de commun entre ces trois personnages ? Ils ont couverts d'injures et de crachats par une partie trop visible de cette même blogosphère.

L'acteur qui se plaint de Fuzz fait l'objet d'une chaîne débile consistant à affirmer qu'on ne l'aime pas : je m'exprime en périphrase pour ne pas citer le texte de cette chaîne et y participer, même en la dénonçant. Comme le dit Delphine Dumont : "Ces névrosés qui ont trouvé une super tête de Turc, c'est pitoyable et je devrais y rester indifférente, mais ça salit Internet, mon Internet que j'aime tellement, qui est si riche potentiellement, si porteur d'espoirs..."

Ou encore ( via Olivier Schmidt-Chevalier ) ces injures de type raciste adressées à Nicolas Princen, trouvées chez Pierre Chantelois ( qui cite le commentaire, ce n'est pas ce qu'écrit Pierre Chantelois ) :

« Admirons le rebondi pré-turgescent des bajoues, l’ovale prognate du menton chauve, le lobe étriqué des esgourdes, le pif en pied de porc, l’œil torve à la vinaigrette rancie, la coupe de douilles version légion étrangère, le col noué comme celui d’un pendu cherchant sa corde, la denture reniflant le signal, la glotte en crotte de peanshire, la béatitude vidocquienne HEC en +…Heureusement sur le Net, nous n’en avons pas l’odeur. Il y a fort à parier que les remugles exhalant du personnage forceraient une ouverture prolongée des portes et fenêtres; ce qui n’est pas, aujourd’hui, de saison ».

On parle parfois de l'ubiquité du Web. Je ne sais pas, mais ce genre de propos me rappelle plutôt une certaine presse des années 30 et 40 et son plus célèbre titre : Je suis partout, ou encore certains éditoriaux de la presse communiste des années 50. Ce qui me désole dans cette course au People, au ragot, au Web poubelle c'est que je n'en comprends pas les motivations. Il y a toujours eu et il y aura toujours une presse poubelle, une télé poubelle. Ils ont des contraintes économiques, ils ont besoin de pub. Comme l'a si brillamment dit Patrick Le Lay, c'est même sa raison d'être. Pour ces blogs, ces commentaires, il n'y a pas de revenu, pas de contrainte économique pour nous en tant qu'amateur qui ne vivons pas de cette activité. En revanche, il n'y a plus dans la presse écrite ces tombereaux d'injures que l'on pouvait lire avant guerre. Que ceci réaparaisse sur un média comme le Web est désolant, et de plus totalement irresponsable. Ce sont des gens dignes comme Eric qui risquent de payer pour ces dérives.

A propos de la mission de Nicolas Princen, Versac affirme que "surveiller tout le Web est impossible". S'agissant d'une expression publique et libre, il ne s'agit pas de surveiller, ce qui sous-entend une activité cachée, mais juste d'observer. Mais en plus, Versac a tort. C'est TRES FACILE d'observer ce Web là. Par nature, il se répète, dit la même chose et s'en vante. C'est donc l'image consternante que risque d'en rapporter Nicolas Princen. C'est l'image qu'en donne quotidiennement la presse dite sérieuse. C'est l'image qu'on donne à d'autres qui se réjouissent encore de pouvoir s'exprimer sans contrainte d'aucune sorte, si ce n'est le respect du droit et de l'image des personnes.

Commentaires

J’aime pas ce Mr Martinez... mais une question que je me pose: à part sortir avec Kylie Minogue...qu'est-ce qu'il fout?

Écrit par : tom | 23/03/2008

@Tom
Peu importe qui est Olivier Martinez, peu importe ce qu'il fait, s'il est bon acteur ou pas. Je ne suis pas d'accord avec l'action qu'il intente contre Eric, ce n'est pas pour autant qu'il doit être victime de ce lynchage ridicule.

Écrit par : René | 25/03/2008

Bonjour

L'agitation des blogs dans un verre d'eau me consterne. Bien sûr, je soutiens à fond Presse Citron, ne serait-ce que dans sa démarche pédagogique à l'attention de Monsieur Martinez : qu'est ce qu'un buzz, qu'est ce que son fuzz, etc... car visiblement le sus-nommé n'a rien compris et ses avocats sont de bien mauvais conseillers. Outre que s'il se trouve des juges pour donner raison à Martinez, cela créé un grave précédent pour nous blogueurs qui citons à longueur de billets des personnes, des entreprises, des produits, des services, et pas toujours pour leur décerner des lauriers.
J'ai exprimé mon soutien à Eric en privé et également sur son blog et suis l'affaire avec attention.
Eric c'est une chose, les autres en sont une autre...

Il y a quelque chose dans ton billet que me convient totalement, c'est cette agitation, ce bruit répété comme un tam tam de la brousse (et sans faire insulte à cette dernière) des individus qui résonnent et ne prennent pas la peine de raisonner.

Sans compter les soutiens faciles et gratuits qui n'engagent à rien. Les : "ce mec est un con, je suis avec toi !" Et alors, qu'est ce qu'on a dit quand on a dit ça ? On a donné un vrai conseil éclairé, on a donné un peu de réconfort ? Que dalle. Des insultes et du vomi. Et le pauvre gars qu'on devrait vraiment soutenir est encore plus embarrassé par ce type de soutien !

La blogosphère me fait marrer. Ou plutôt non, elle est l'image de la vraie vie de la horde, elle est son reflet public, la mise en avant, "haut et fort", d'une pensée collective de meute, débilitante. Des individus dont les pensées n'apportent rien s'intitulent influents, et plus c'est trash, plus il y a du monde pour suivre. Facile et confortable.

Ca colle les jetons. Il y a tant de sujets graves qui demandent réflexion et qui relève d'un vrai débat public sur nos blogs.
Et on passe du temps dans le verre d'eau, à gargouiller comme autant de bestioles. Ca colle les jetons, car je m'interroge sur la sincérité et la capacité de résistance de tous ces "défendeurs de la liberté" en cas de grave crise ou de conflit...

?

Écrit par : Cath | 25/03/2008

Avant de relever que j'ai tort, il faudrait peut-être me lire vraiment. Enfin...

Écrit par : versac | 25/03/2008

@Cath : J'aime bien l'image de la horde. J'avais à l'esprit un comportement moutonnier. Mais le loup ou plutôt la hyène convient mieux. Que certains se contentent de recopier ce qui se dit ailleurs, est totalement inintéressant pour eux comme pour nous. Mais ça n'a pas beaucoup d'importance.
Quand cela se transforme en concours d'injures, cela remonte des odeurs et des souvenirs nauséabonds qui ne peuvent être que le prétexte à un contrôle de plus en plus judiciarisé de ce qui se dit sur Internet.

@Versac : Je crois avoir bien lu ( mais pas compris la même chose peut-être ). Faisons le pari que Nicolas Princen n'est pas tout à fait idiot, que peut-être il s'intéresse à Internet, et qu'il l'a un peu étudié. On ne peut pas recenser tout Internet, même sur un sujet aussi précis que Nicolas Sarkozy. On peut sans grande difficulté, "parmi ces millions de bout de conversation" dégager celles qui font le plus de bruit. Pour prendre un exemple de blogs qui se veulent personnels, il saura faire la différence entre ce que dit Versac et ce que je dis. Pour le reste, il saura aussi entendre les bruits, les rumeurs et les mouvements d'opinion qui ont pris un certain volume. C'est le poids dans l'opinion de ce qui se dit qui intéressera Nicolas Sarkozy, pas la diversité en tant que telle. Une diversité que d'ailleurs on peine à trouver.

Écrit par : René | 25/03/2008

Comme toujours, les blogs sont la meilleure et la pire chose inventée ces dernières années.

Je blogue régulièrement mais finalement me méfie de ce média ainsi que des rencontres que j'y fais.

Je réalise que les "amitiés" blogueuses sont bel et bien de l'ordre du virtuel et peuvent conduire à des addictions relativement dangereuses.

Les meilleurs blogs, à mon sens, sont ceux qui révèlent une analyse vraiment personnelle ou reprenne une information à laquelle tout le monde n'a pas toujours accès en citant des sources et en donnant son point de vue.

Cela demande un peu de travail, de temps et de cerveau.

Un peu d'altruisme aussi, même si l'égo n'est jamais loin. Mais peu importe, si c'est efficace.

Ces blogs-là me redonne la pèche et m'inspirent de continuer envers et contre tout le nia nia qui fait recette maximale et qu'on trouve partout. Tous ces commentaires, par centaines, oiseux et déprimants de bêtise.

A présent, pour évoquer le cas de Nicolas Princen, à cette annonce, je me suis dite : hola, avis de tempête sur la blogosphère en vue. Mais que fait la météo ?
Tu vas les voir, tous, à se draper dans la liberté d'opinion, dans les histoires de censure, de surveillance, etc...

Comme si, avant Nicolas Princen, les blogs ne faisaient pas déjà l'objet d'une surveillance attentive. Politique, économique, ou autre ??

Je suis allée à suffisamment de tables rondes sur la question de l'intelligence économique pour en savoir long sur la question. C'est devenue une routine et il semblerait même que les blogueurs professionnels en vantent les mérites, de la surveillance, pour mieux vendre leurs prestations à différentes marques...

Alors, quoi, quand ça peut rapporter, c'est tout bon ? Et sinon, c'est l'appel à la révolte ?

Les blogueurs me semblent être parfois des individus capables de se vendre pour un plat de lentilles...

Bon j'arrête et préfère tourner de nouveau mon regard sur les blogs de qualité !

Bien à toi !

Écrit par : Cath | 26/03/2008

Pourquoi tant de fautes d'orthographe ? Excuse les !!!

Écrit par : Cath | 26/03/2008

Cath, il a fallu que je lise et relise pour les trouver, ces quelques fautes d'orthographe ! C'est une bonne manière de forcer l'attention finalement.

Un des problèmes des blogs, me semble-t-il, est le rapport dérisoire entre l'investissement que cela demande et le bénéfice qu'on en retire.
Bénéfice financier nul pour la plupart, même pas un SMIC pour quelques vedettes semi-professionnelles.
Notoriété limitée à une petite portion de lecteurs/blogueurs avec très peu d'écho à l'extérieur de ce petit monde.

Cet écart est trop frustrant pour beaucoup, qui se réfugient dans le copier-coller des rumeurs en cours et prennent le buzz dans l'espoir d'y récolter quelques places. En puis ça ne demande pas beaucoup d'effort.

Il ne faut rien attendre de son blog si ce n'est une certaine discipline intellectuelle pour structurer ses idées, artistique pour d'autres qui inventent un mélange sonore et visuel séduisant, choquant, original.

Les reste vient par surcroît comme récompense parfois délicieuse, souvent éphémère, de toutes façons indépendante de nos efforts.

Merci Cath

Écrit par : René | 27/03/2008

Les commentaires sont fermés.