Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2008

Le Père Desbois et la Shoah par balles

Le Père Desbois consacre sa vie à recueillir les derniers témoignages de la Shoah par balles. Pendant l'occupation nazie, en Pologne, en Ukraine, en Biélorussie et dans les pays baltes, les Einsatzgruppen fusillèrent plus d'un million de juifs. A cela il faut ajouter les tziganes, membres du Komintern ou toute autre population devant être anéantie.

Les victimes étaient rassemblées par train ou camion. Elles creusaient leur propre fosse avant d'être fusillées. Les cadavres étaient ensuite recouverts de terre. Cela se passait en 1941-1942, dans les territoires de l'Union Soviétique occupés, principalement en Ukraine. Les derniers témoins ont maintenant 80 ans. C'étaient des enfants à l'époque du massacre.

Le Père Desbois va voir sur place ces témoins. Il les interroge sur ce qu'ils ont vu. En retrait, il écoute les récits de cette vieille dame. C'était une enfant de 10 ans. Elle "tassait" les cadavres dans la fosse. Quant tout était recouvert, le sang continuait à suinter du charnier pendant des jours entiers.

Depuis plus de 60 ans, les gens ne parlent pas. Ils ne parlent pas parce que personne ne les interroge. Dans ces pays, le communisme a fermé les bouches. On craint encore le retour du KGB. Ils parlent au Père Desbois parce que c'est un prêtre catholique étranger qui recueille cette parole qui ne sera bientôt plus.

Le Père Desbois écoute sans émotion apparente, il ne met pas en scène son indignation. Il n'est pas là pour le devoir de mémoire : une expression qu'il n'aime pas, tout comme Simone Veil. C'est aujourd'hui que les fosses communes sont aux portes des villages ukrainiens. On s'en approche, des os et des crânes sont visibles ça et là : on est parfois pouchassé par un chien qui en a fait son repère. Certains recherchent encore les dents en or qui auraient pu ne pas être arrachées. Il n'y a plus de signes de la présence des juifs dans ces régions anéanties par les bourreaux nazis. On ne peut rien bâtir dans ces confins de l'Europe tant que ces cadavres ne reposeront pas en paix, nous dit le Père Desbois.

C'était mercredi soir sur FR3.

P.S. si vous cherchez dans Google : "Desbois Shoah" 

La première entrée est un site négationniste : Tout sauf Sarkozy : Association nationale pour la défense des valeurs républicaines.

Le Père Desbois y ait traité de "pronocrate mémoriel". Peut-on faire quelque chose pour que Google ne référence plus ce site ?

Les commentaires sont fermés.