Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2008

Non, on ne peut pas tout dire sur son blog ( ou dans la presse )

Quand Nicolas Sarkozy traite de "pauvre con" un visiteur du Salon de l'Argriculture, il est dans un endroit public et dans l'exercice de ses fonctions ( si l'on peut dire ) . C'est une information, avérée, et d'ailleurs enregistrée et filmée. Une information qui n'est pas passionnante ni fondamentale, dont on peut préférer s'amuser, c'est mon cas, mais qui nous dit des choses sur le comportement et le caractère du chef de l'état.

Quand Nicolas Sarkozy envoit ou reçoit des SMS de son ex-épouse, c'est une conversation privée dont la teneur, quelle qu'elle soit,  n'a pas à être divulguée.

La distinction n'est pas toujours nette, s'agissant d'un personnage public, comme Nicolas Sarkozy, qui joue avec sa vie privée ( à ses dépens ).

En ce qui concerne Madame Noachovitch, la distinction est plus simple, c'est une personne privée, qui, à ma connaissance, n'est pas en situation de pouvoir, politique ou judiciaire. Elle a donc le droit de ne pas voir des propos privés, quels qu'ils soient, rapportés, déformés, ou faux comme elle l'affirme,  sur la place publique.

Luc Mandret fait un copier-coller d'un autre blog ( Claude Askolovitch ) qui, lui même, se fait l'écho du Canard Enchaîné qui rapporte des propos qu'auraient tenus Madame Noachovitch lors d'un dîner privé. Tout ça au conditionnel. "Dommage pour la liberté d'expression" commente Luc Mandret à la suite de l'injonction de Madame Noachovitch lui demandant d'effacer la note en question. Il se contente de ce regret. Ce n'est pas le cas des nombreux commentateurs qui crient à la censure, aux méthodes dictatoriales, et à la menace contre la démocratie.

Le blog de Luc Mandret vaut mieux que ce colportage de ragot non avéré, non vérifié, appartenant à la sphère privée de Madame Noachovitch. Il devrait plutôt être content d'avoir eu à effacer cette note qui fait tâche.

On pourra apprécier diversement les actions qui sont engagés par Nicolas Sarkozy ou Madame Noachovitch. Ils ont le droit de demander à ce que leurs propos privés le restent.

En ce qui me concerne, je revendique aussi le droit de dire des bêtises, des propos déplacés, voire des horreurs au prochain dîner ches mes amis. J'attends d'eux qu'ils ne les rapportent pas ou qu'ils les retirent s'ils sont diffusés sur la place publique. Ce que je dis dans mon blog est public. Ce que je dis en privé doit le rester.

La dérive liberticide n'est pas du côté de Nicolas Sarkozy, en ce qui concerne le SMS, ni du côté de Madame Noachovitch pour l'affaire qui la concerne. Elle est bien du côté des flics de la pensée et de l'expression privée qui se permettent de colporter sans aucune mesure des ragots qui n'intéressent personne. Dans cette affaire, nul est le bon terme pour qualifier le match détestable entre la presse poubelle et cette note de caniveau.

Commentaires

Sauf que les propos de Mme Noachovitch justement ne sont pas de l'ordre privé, car tenu en public.
Cf la note d'Eolas qui parle bien mieux que moi du caractère juridique de cette histoire : http://www.maitre-eolas.fr/

Bonne soirée,
Luc

Écrit par : Lancelot | 27/02/2008

Je ne me place pas d'un point de vue juridique qui n'est pas non plus ma spécialité et si un jury littéraire est un événement d'ordre privé ou non. Si je comprends bien, au delà de 3 mois, on peut diffamer à loisir. Quel beau pays que la France !!
Diffamons, diffamons, colportons les poubelles, c'est ca les blogs et la presse ?
Madame Noachovitch est aujourd'hui clairement la victime d'un lynchage bloguesque. Ton billet, et ses commentaires ont lancé une machine honteuse.
Comme on peut le voir chez un toreador : "Cette dame a peut être 3 avocats, mais nous sommes des milliers…"
Peut-on mieux parler d'une meute ? Comme disait François Mitterrand, là voilà livrée aux chiens.

Écrit par : René | 28/02/2008

Attends cher René, il ne faut pas tout confondre : la meute c'est elle qui l'a lâchée ! Une meute d'avocats ! Où as-tu vu qu'on intimidait des gens qui reproduisait des textes de presse ? Victime d'un lynchage ? Mais as-tu vu à l'oeuvre ? Et comment qualifier ces méthodes qui consistent à profiter de l'ignorance juridique des gens pour les intimider ?

Écrit par : Toréador | 28/02/2008

Les commentaires sont fermés.