Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2008

Mais quel est le problème avec Mediapart ?

Mediapart est un projet de presse sur Internet qui se veut indépendant. Ce projet a été lancé et est animé par Edwy Plenel, ancien directeur de la rédaction du Monde.

Avant même qu'il ne démarre ( le 16 mars ), on l'accuse :

  • d'être soutenu par Ségolène Royal ( c'est vrai )
  • d'être soutenu par François Bayrou ( c'est vrai )
  • d'être payant ( c'est vrai )
  • d'être animé par Edwy Plenel ( c'est vrai )

Pour ma part, et ceux qui me font l'honneur de me lire le savent, je ne suis pas précisément d'extrême gauche, ni ancien trotskyste comme Edwy Plenel. J'ai même voté Sarkozy. Ce qui ne m'empêche pas de soutenir et d'avoir cotisé pour le projet Mediapart. Parce que :

  • Je m'inquiète de voir les groupes Dassault, Pinault, Bernard Arnaud, Bouygues, Bolloré, Lagardère posséder les trois quarts de la presse française, écrite ou télévisuelle privée
  • Le Monde est en pleine crise et Libération tente de survivre
  • Il y a de la place pour tout le monde sur Internet, puisque par définition l'espace est infini
  • Un modèle payant ne me scandalise pas
  • Je me réjouis donc de la naissance d'un nouveau média au projet et à l'inspiration différente de ce qui existe aujourd'hui

Certains n'y croient pas, ne sont pas convaincus et prévoient l'échec. Jusque là, pourquoi pas ? Quoiqu'il serait plus élégant de souhaiter le succès à une aventure en gestation.

Pour une question de nom de site, Mediapart est attaqué par le groupe belge Média-Participations. Edwy Plenel réagit à sa manière. Et Versac à la sienne : Et si le problème de Mediapart, c'était Plenel : Après avoir saluer le projet qui "reste intéressant, passionnant", il s'en prend à Edwy Plenel et à son article qualifié de "torchon odieux". Sur le fond de l'affaire, Edwy plenel est accusé d'amateurisme et d'incompétence pour n'avoir pas vérifier que le nom Mediapart n'était pas déjà utilisé, ou pouvait prêter à confusion. Accusé aussi de jouer les victimes et de se défendre avec outrance et des épithètes "incroyables"  "qui puent la haine".

Le mieux est de juger sur pièces, mais la défense d'Edwy Plenel n'est pas aussi violente, et surtout il n'attaque pas les personnes. Ce qui n'est pas le cas de Versac qui conclue : "Tant que MediaPart sera dirigé par un bonhomme aussi odieux que Plenel[...] je ne m'abonnerai pas.

Versac s'étonne ensuite de certains commentaires, dont le mien : "Je dois dire que je me passerais bien, actuellement, des trolls, des procès d'intention à deux balles de commentateurs à sens unique, des insultes graves sur quelques autres lieux nauséabonds et des spams à contrôler sans cesse."

Moi je m'étonne de la vindicte dont est l'objet Edwy Plenel et son projet. La presse écrite a tendance à caricaturer les blogs. Certains blogs ont du mal à accueillir des anciens de cette presse sur Internet. L'avenir est évidemment au brassage et au dialogue entre ces deux médias.

Encore une fois, personne n'est obligé de s'abonner à Mediapart. Personnellement je ne m'abonne pas à Arrêt sur images. Mais je n'ai pas de problèmes avec eux, et leur souhaite de réussir. Quel est le problème avec Mediapart ? Je ne comprends toujours pas.

Commentaires

trois choses :

1. Il faut distinguer le soutiende principe de personnalités (et je soutiens, sur le principe, l'éclosion d'un nouveau media, bien entendu) et le soutien marketing et l'utilisation d'un fichier d'abonnés politiques avec un emailing massif. Ce n'est pas du même registre. Bayrou a dit qu'il soutenait l'initiative, dans le contexte des media, comme d'autres media alternatifs. Ségolène Royal a envoyé un appel à abonnement à l'nsemble d'un fichier de sympathisants politiques. On peut se poser des questions sur l'indépendance supposée d'un tel media quand on lui fournit sur un plateau des centaines de milliers d'adresses : cela vaut de l'argent, beaucoup.

2. Je faisais référence dans mon billet à des commentaires profondément insultants, allant au dela de ce qu'il est possible de receueillir, que j'ai supprimés. Des méthodes très particulières, que je n'ai jamais eu le plaisir de recevoir sur aucun autre sujet, à part, éventuellement, sur les thèses conspirationnistes du 11 septembre.

3. Sur le modèle payant : peut-on s'interroger ? Je n'y crois pas, personnellement. Je n'accuse pas, j'analyse, je pense que ça ne marchera pas. Stratégiquement, le modèle est difficile à trouver. Peut-on s'interroger, comme un professionnel, sur ce modèle ? Il semble que non (on est accusé de ne pas aimer, de vilipender, etc). C'est dommage.

Enfin, il y a un problème avec Mediapart, oui, je trouve, c'est l'arrogance avec laquelle ce projet est mené, comme s'ils allaient effectivement tout révolutionner, qui ne colle pas trop avec l'esprit participatif annoncé. Tous les professionnels de l'information participative savent que le modèle est extrèmement difficile à trouver, que l'équilibre économique est complexe. De nombreux sites existent, cherchent, et mediapart, pas encore lancé, leur fait la leçon. S'ils adoptaient une approche très légèrement plus humble, peut-être prendraient-ils moins de critiques, non ?

Mediapart est un très beau projet. Qui m'intéresse. Il me semble néanmoins qu'on doit pouvoir en parler sans entrer dans le "je soutiens donc je me tais" ou le "ca ne sert à rien". C'est ce que j'essaie de faire. avec mon style, qui a évidemment ses limites.

Écrit par : versac | 07/02/2008

Cela fait quelque jour que je concocte un billet sur Mediapart ;-) La presse française s'est enfin réveillée, a digéré le Web 2.0 et monte enfin des projets.

Tant mieux.

On n'est aps obligé d'aimer Plenel ni sa ligne politico-intrigante ni son arrogance (je suis d'accord avec Versac). Ce que je retiens du projet où j'ai quelques amis c'est son caractère innovant (modérément mais innovant quand même).

Le seul problème que j'y vois c'est l'indépendance annoncée : avec une trentaine de journalistes je ne suis pas certain que le besoin de financiers ne se fasse pas sentir un jour proche. Aujourd'hui 60% du capital est détenu par l'équipe. Et demain ?

Mais après tout Libé est bien financé par Rotschchild (rires).

Écrit par : Xavier | 07/02/2008

@versac :
1 - Effectivement, on peut se poser des questions sur l'indépendance de MediaPart. Ceci dit, compte tenu de l'orientation politique d'Edwy Plenel cela n'a rien de surprenant qu'il vise plutôt un lectorat de gauche plutôt que de droite. Cela n'empêchera pas certains lecteurs de droite ( dont moi ) de s'y abonner
2 - Commentaires insultants : Je ne me sens pas concerné par ce qualificatif. En revanche ceux que vous employez à l'égard de Plenel le sont. Et c'est bien ce qui m'a choqué dans votre billet. Pour le reste je n'ai rien à redire par rapport à une analyse qui n'est pas la mienne mais qui est défendable.
3 - On peut bien sûr s'interroger sur le modèle payant. Je m'interroge aussi. J'ai choisi d'adhérer. Je comprends que d'autres n'y croient pas et n'adhèrent pas
4 - L'arrogance et la personnalité de Plenel sont ce qu'ils sont. Souvent difficiles à supporter. Néanmoins, il reste un grand journaliste qui tente une aventure intéressante.
En résumé, je comprends et j'admets que l'on ait des doutes sur la réussite de MediaPart. Je comprends moins les attaques personnelles à l'égard d'Edwy Plenel. J'aurais personnellement regretté que vous arrêtiez votre blog à la suite de ces commentaires insultants. Je me réjouis que vous n'ayez pas cédé à cet accès de découragement, qui nous tente tous.

@Xavier
Même réponse ou presque. L'avantage est que je n'ai pas de contentieux avec Edwy Plenel. Je n'ai jamais été un lecteur régulier du Monde. Oui, son côté "donneur de leçons" est agaçant, mais il a une expérience de journalisme irremplaçable et bien trop parcellaire sur le Net. Ce n'est pas à toi que je vais apprendre combien on peut être sceptique sur la notion de "journalisme citoyen". Nous avons besoin de journalistes professionnels sur le Net ET de bloggeurs qui expriment des opinions, sans avoir les moyens et le professionalisme du journalisme d'enquête.
J'espère et je fais le pari que MediaPart nous apportera cette dimension.

Écrit par : René | 07/02/2008

Tu remarqueras que ces projets éditoriaux (Mediapart, Arrêt sur images, Rue89) tentent tous d'introduire de la participation des lecteurs.

Chacun à sa manière essaie de gérer la dose de participation en la filtrant plus ou moins avec des journalistes professionnels. Et certains sont en effet plus humbles que d'autres sur le rôle de ces journalistes.

Nous jugerons les arbres à leurs fruits. On verra si la participation était un gadget ou une compréhension (suivie d'actes) du phénomène web 2.0 ;-) Et si l'indépendance vendue par Mediapart tient dans la durée.

Écrit par : Xavier | 08/02/2008

ben bravo :)

Écrit par : concombre masqué | 11/02/2008

Et bien voilà, l'affaire pouvant prêter à confusion de nom entre Mediapart ( avec un petit p ) et Media Participations est maintenant réglée. Bonne nouvelle pour tout le monde .
Voir http://www.mediapart.fr/atelier-journal/article/06022008/un-accord-amiable-entre-media-participations-et-mediapart-met-fin-a

Écrit par : René | 12/02/2008

Les commentaires sont fermés.