Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2008

Les produits dérivés, c'est comme ...

C'est comme Jérome Kerviel : il ne voulait même pas piquer dans la caisse, mais juste montrer qu'il pouvait le faire, gagner une réputation au sein de sa banque. Le voilà réputé, bien au delà de sa tour de la Défense. Le voilà superstar. Produit ou charge dérivée ?

C'est comme l'open source, on ne vend pas le code. On se rémunère sur le service et le support : des produits dérivés.

C'est comme la mondialisation. L'entreprise moderne est sans usine. On vend du savoir-faire, de la conception. La fabrication, c'est bon pour les Chinois : produit dérivé.

C'est comme Google, un moteur de recherche qui vend de la pub. C'est comme Google, une agence de pub qui offre des services de recherche. Lequel est le produit dérivé ?

C'est comme sur Facebook, on a des amis. Quelques uns le sont aussi dans la vie terrestre : produits dérivés de Facebook

C'est comme Second Life. On dit que des avatars auraient muté, se seraient matérialisés, dérivés sur la planète Terre.

C'est comme le nouvel amant de Carla Bruni, on dit "qu'en vrai", il est aussi Président de la République.

C'est comme ce blog : Du monde réel au monde virtuel...Et inversement. Pas si mal comme titre, finalement.

Commentaires

Il faut que je prenne du temps pour créer mon blog
C'est comme : § 7 : le nouvel amant ne devrait que s'occuper que de sa maîtresse; à tout le moins il nous fatiguerait moins les oreilles avec ses changements d'idées sur tout tout le temps.
Un coup BOUTON doit partir, un coup il doit rester puis c'est le conseil d'administration qui décidera.
Merci Monsieur Le Président. Lorsque le spoitiques s'occupent de sujets privés, c'est le début de la fin. L'amant de CB (carte bleue à 45 000) n'échappe pas à la règle.
@+ Mon René

Écrit par : CAROU | 30/01/2008

Les commentaires sont fermés.