Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2007

Match de Foot - Le Pen 3 : France 0

 

Soiré télé hier soir avec le film sur René Bousquet joué par Daniel Prévost. Assez décevant de mon point de vue, mais une réplique m'a frappé. " La police allemande n'avait que 2400 hommes ". Je ne sais pas si ce chiffre est exact, mais il donne une idée de l'impuissance de la Gestapo à contrôler un pays de 40 millions d'habitants sans la collaboration plus qu'active d'hommes comme Bousquet.

Fin du film. Je zappe sur TF1. C'est la fin du match "amical" France-Maroc. Et ces sifflets. On n'entend que ça. Dès que la France touche le ballon, elle est sifflée. Je lis sur Yahoo que :

"Dans un Stade de France garni du rouge marocain et vibrant aux phases offensives des joueurs d'Henri Michel, la France ensuite  été régulièrement malmenée jusqu'au but de Nasri à la 76e minute."

On n'ose pas parler des sifflets évidemment. Que la communauté marocaine encourage son équipe de coeur est plutôt sympathique. Qu'elle siffle l'équipe de France à Saint-Denis n'est pas fait pour arranger les choses.

Pendant ce temps Le Pen tient son congrès du Front National pour se faire réélire à la soviétique pour la 18ème fois : En voilà un qui va se réjouir.

Bousquet et ces sifflets : ça fait beaucoup pour une triste soirée.

A la fin du match, les commentateurs : " C'était un beau match. J'espère que vous avez passé une bonne soirée ". Non

Commentaires

Treizième fois, treizième, cher René ;)

Sur deux axes différents (ici : http://fragilite.wordpress.com/2007/11/17/ca-va-mal-finir/ ), nous en arrivons à la même conclusion. Cela m'effraie...

Écrit par : Félûre | 17/11/2007

Je n'ai pas vraiment compté le nombre. Mais il est certain que l'on a enterré un peu vite Le Pen et son Front National. Comme tu le dis, la reponsabilité de mieux vivre ensemble incombe à tous.

Écrit par : René | 20/11/2007

Les commentaires sont fermés.