Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2007

Nous en sommes pas dignes de Guy Môquet

Manoeuvré par le Parti Communiste, arrêté par le régime de Vichy puis fusillé par les balles allemandes, Guy Môquet est bien la victime de toutes les saloperies de l'époque.

Sa lettre d'adieu est un moment sublime de pureté qui témoigne de la grandeur de ce tout jeune homme. Une grandeur et une pureté qui aurait du rassembler tout le monde.

Mais voilà, du corporatisme le plus étroit de certains professeurs, des circonvolutions des historiens, en passant par Bernard Laporte jusqu'aux accusations de manoeuvre contre les régimes spéciaux des cheminots !!, la France poisseuse aura montré qu'elle n'a rien perdu de son esprit de boutique. Rois de la combine, de la démerde, des coups par en dessous, du marché noir et des lettres anonymes, incapable de voir au delà de sa casemate, voilà bien une France éternelle, celle qu'on déteste et qui ne connait que sa petite soupe.

En 1976, on avait réussi à accuser Soljenitsyne de perturber les élections cantonales , il fallait se surpasser dans la connerie en 2007. C'est fait.

Commentaires

Ce 22 octobre sera maintenant décrété journée nationale de la connerie. Après la défense des régimes spéciaux, voici un autre spécimen. A l'école des hautes études en sciences sociales s'il vous plait :
http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2007/10/22/529-guy-moquet-la-propagande-ressucitee

"Je suis parfaitement convaincu de la bonne foi d'Henri Guaino. Comme je suis convaincu de la profonde bêtise de cet homme, lui qui paraît si incapable de comprendre ce qu'il fait. Goebbels aussi aimait son pays, d'un amour sincère."

Écrit par : René | 23/10/2007

Les commentaires sont fermés.