Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2007

Xavier Darcos : Le ministre des enseignants

J'aimais bien le blog de Xavier Darcos, j'avais même souhaité qu'il continuât  à le tenir tout en restant ministre. Il a préféré retourner à la langue de plomb ministérielle. Ca donne cet interview honteuse dans Ouest-France.

« Je suis le ministre des enseignants » dites-vous. Ce qui signifie ?

Je connais cette maison depuis très longtemps. J'y ai enseigné, je m'intéresse à ce qui se passe dans cette multitude de petites cellules de production que l'on appelle des classes. Et je constate que la réussite de l'école repose sur le rapport très étrange, difficile à théoriser, entre un groupe d'enfants et la personne adulte qui leur transmet un savoir. Je suis donc le ministre des professeurs non par démagogie, mais parce que je crois que, lorsque les enseignants ne se sentent pas bien, l'école elle-même va mal.

Encore un qui s'est trompé de ministère. On le croyait à l'Education Nationale, il est aux enseignants. Tout comme cet ancien Ministre du Général De Gaulle à qui celui-ci  rappelait fortement  "N'oubliez pas que vous êtes Ministre de l'Agriculture, vous n'êtes pas le Ministre des agriculteurs".  L'Education Nationale est donc le ministère des enseignants. On a oublié de créer un secrétariat d'état aux enseignés. Mais on n'a bien sûr pas oublié de créer la commision de réflexion sur la condition enseignante. La réflexion dure depuis les années où François Bayrou était ministre et Xavier Darcos son directeur de cabinet. Le nouveau rapport est attendu pour Noël.

Et les élèves, ah les élèves ! "Le lycéen français est celui qui subit le plus d'heures de cours". Vous avez bien lu : SUBIT. Et c'est le ministre des enseignants qui emploie ce terme. L'accès à la connaissance, le goût et le bonheur d'apprendre, les clés de la liberté ne concernent pas ce ministre et ce ministère. L'élève est là pour subir le gavage et tâcher d'y survivre.

Cette rentrée le confirme et mes souvenirs ne me trompent pas. On ne changera rien à un système qui continue à casser des générations d'enfants.

 Où est le problème ? Les résultats au Bac sont encore en hausse cette année. 

Commentaires

Il y a beaucoup de débats sur ces questions. Mais il y a quelques réalités incontournables :
1) Le milieu des "enseignants" est un milieu pathogène : le nombre de dépressions nerveuses et d'abandons du poste (à commencer par moi-même) est très supérieur à la moyenne.
2) Les directeurs, proviseurs, principaux, ont très peu de pouvoir. Ils ne font qu'appliquer des directives ministérielles relayées par les rectorats.
3) Les parents d'élèves défendent bien leur progéniture, c'est bien, sauf que parfois ils semblent en savoir plus sur le contenu et la méthode des profs que les profs eux-mêmes.
4) Le milieu enseignant est très féminisé. L'image du ramassis de gauchistes est en partie obsolète (mais pas totalement infondé).
5) J'ai vu, par expérience, que les conseils de profs prennent très souvent, sur un coup de tête, sur la mauvaise humeur de l'un d'entre eux, sur la pression morale d'un autre, des décisions catastrophiques qui peuvent engager la vie entière d'un élève.
6) Mes deux filles aînées ont eu leur bac (scientifique) avec mentions, sans trop de se fouler (d'après leurs propres dires).
7) Moi personnellement, si les études secondaires étaient à refaire, je ne les referai plus comme je les ai faites ! J'y ai trop de mauvais souvenirs.
... mais quelques bons souvenirs aussi, n'est-ce pas René ???

Écrit par : Nicorazon | 06/09/2007

Cette petite note polémique visait une interview plus maladroite que honteuse. Néanmoins Xavier Darcos n'a pas à se présenter comme le Ministre et donc comme le représentant des enseignants.
Il doit naturellement travailler avec eux, les écouter et les comprendre, mais sa mission est bien d'organiser une Education Nationale la meilleure possible pour les Français.

Quelques bons souvenirs ? Oui bien sûr, mais aucun qui soit en rapport avec l'enseignement lui-même. Il a fallu bien des années pour que je retrouve le goût d'apprendre et de lire. Un goût que l'école est censée nous donner.

Écrit par : René | 07/09/2007

Les commentaires sont fermés.