Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2007

Jouer avec le feu

Après 18 mois d'abstinence tabagique quasi parfaite, la tentation surgit, de se mesurer avec 25 ans d'intoxication. Il faut dire que l'on est bien encouragé par le sanitairement correct qui s'est de nouveau déversé. Le paquet augmente de 30 centimes d'euro. Une nouvelle occasion de s'arrêter. "Fumer tue" - "Pour votre santé attention à l'abus d'alcool" - "Ne grignotez pas entre les repas" - " 5 fruits et légumes par jour" - MERDE!!

Ce matin même, je rachetais mon premier paquet  depuis le 5 avril 2006. 3 clopes plus tard, on est partagé entre le désir et le dégoût. Le désir de reprendre une habitude pas si désagréable et le dégoût de perdre une bataille contre soi-même. Surtout ne pas penser aux messages du sanitairement correct. Il reste encore quelque instinct de révolte contre la férule sociale qui peu à peu vous étouffe. Alors, on s'observe à jouer avec le feu, à la fois acteur et spectateur d'un combat que l'on a déjà gagné. On veut remettre son titre en jeu, en quelque sorte. On a déjà vaincu. Jusqu'où peut-on donner un avantage à l'adversaire ? C'est même pas bon, mais d'où vient cette vulnérable envie de se mettre en danger ? Michel Leiris dans sa préface à "L'âge d'homme" a superbement joué avec  la corne du taureau, en défendant une littérature considérée comme une tauromachie.  Qui met en danger son auteur. Faute d'oeuvre littéraire, on se contente d'un paquet de Winston. Mais, seule, l'évocation du regard déçu de votre enfant vous évitera de livrer un combat inutile et dérisoire.

Les 17 cigarettes restantes sont parties à la poubelle.

Commentaires

Bravo, tu n'es pas tombé dans le panneau. Pour ma part j'ai arrêté la clope il y a 10ans en me disant que je passerait au cigare.
Résultat : 1 cigare ts les 2 mois. Un peu plus en ce moment depuis que j'ai acheté un humidificateur
++

Écrit par : OlivierSeres | 07/08/2007

Le meilleur apprentissage contre la cigarette ça été d'essayer de fumer juste une taf avec mon père quand j'étais gamin. Je me suis à moitié étouffé en avalant la fumée. Je n'ai jamais fumé par la suite.

Écrit par : Legweak | 18/08/2007

En fait, j'ai failli reprendre. Je m'impose donc une période d'abstinence totale. Mais je ne serai jamais un ex-fumeur repenti et intolérant y compris avec moi-même.Merci pour votre fidélité malgré ma fainéantise estivale.
Ah bon ! c'était l'été ?

Écrit par : René | 30/08/2007

Les commentaires sont fermés.