Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2007

Français Votez pour moi

Difficile en ce moment d'échapper aux émissions politiques. C'est ainsi qu'hier soir je me retrouve, un peu par hasard, au milieu de "Français votez pour moi" .

medium_français_votez_pour_moi.2.jpg

 

Un court reportage était consacré aux fonds d'investissement à travers l'exemple de Monsieur Gilles Roland. Monsieur Gilles Roland est le Président Fondateur de Fin'Active, un fond d'investissement spécialisé dans l'achat, le redressement et la revente d'entreprises en difficulté. A suivre ce reportage, pas de doute sur la victime désignée de cette soirée. Tout accuse Monsieur Gilles Roland comme le "salaud" de service qui dépèce les entreprises pour en sucer le sang au plus vite avant de tout revendre avec une belle plus-value au passage.  Mais Monsieur Roland était là, et jamais je n'ai été aussi frappé par le déplacement des certitudes.

Il y avait aussi Marie-Georges Buffet dont le Parti fut naguère le représentant et le seul interprète autorisé d'autres certitudes. Ah ! la belle époque où l'on était certain du sens de l'histoire, où l'on pouvait décrypter le dessous des cartes avec cette bonne vieille grille de lecture hegelo-marxiste. Comme il était simple d'interpréter les guerres à la lumière des conflits d'intérêts capitalistes. Tout était clair alors, pourvu que l'on ait le bon code et les bonnes clés de déchiffrement des contradictions du capitalisme. Certes on se vivait exploité, mais avec la certitude d'être dans le sens d'une inéluctable Histoire qui verrait un jour le triomphe de ses idées, avec la certitude de faire partie de cette avant-garde qui avait les moyens de comprendre et d'agir, pour accélérer le mouvement vers la libération révolutionnaire. Le vrai pouvoir finirait par revenir aux mains des travailleurs, l'avenir était, sinon radieux, en tous cas écrit et de toutes façons meilleur que le passé et le présent.

Mais non, Madame Buffet représente un parti qui n'ose même plus dire son nom. Et c'est toute intimidée qu'elle interrogea Monsieur Roland sur le rôle de l'entreprise et si vraiment il n'y avait pas moyen de traiter les salariés (on n'ose plus parler de travailleur) comme une "variable d'ajustement".

Les certitudes ont changé de camp.  C'est en effet mon métier répond tranquillement Monsieur Gilles Roland. J'investis dans des entreprises en difficulté, je prends donc des risques et j'en attends un retour légitime  en terme de bénéfices.

- Mais vous détruisez de l'emploi au passage. C'est toujours l'emploi qui est la variable d'ajustement.

- Je peux en supprimer à court terme et en créer à long terme, mais de toutes façons ces entreprises étaient condamnées et je les sauve de la disparition.

On comprend bien que le monde de Monsieur Roland est un monde où le travail salarié est une charge comme une autre. Ni plus ni moins importante qu'une autre, mais sans aucune connotation sentimentale.

Ce n'est tout simplement pas le sujet, ni le métier de Monsieur Roland.

Le dialogue s'arrête là. Mais quel contraste entre cette tranquille assurance de Monsieur Gilles Roland qui a les clés et le pouvoir permettant d'agir sur notre économie capitaliste et le désarroi des anciens maîtres de LA solution qui ne peuvent plus que faire appel à la compassion, faute d'outils d'analyse et d'action sur un monde qui leur échappe. C'est bien le drame de la gauche "alternative". Elle n'a plus pour programme que d'interdire les licenciements et de revenir à un équilibre capital/travail des années 70. L'avenir de l'extrême gauche est dans le retour aux années Giscard ! C'est dire sa défaite totale dans la bataille des idées. La gauche n'a jamais eu le pouvoir économique, elle a parfois eu le pouvoir politique et pendant très longtemps elle avait le monopole du pouvoir culturel. Elle a tout perdu, et elle n'a  même pas le début d'une proposition alternative. Ce n'est une bonne nouvelle pour personne. 

Commentaires

J'ai bien lu attentivement tes reflexions sur la gauche en France. C'est très pertinent.

J'ai moi même écrit un article sur mon blog concernant la gauche le 12 octobre dernier. Ma reflexion n'a pas pris une ride depuis. Viens y laisser tes commentaires, je t'en serais reconnaissant de me dire ce que tu en penses.

Cordialement.

Écrit par : Sage Poète | 20/03/2007

Sage Poète,
Désolé de ne pouvoir ajouter un commentaire à ton blog. Je rencontre toujours une erreur :
"Le serveur a rencontré une erreur. Réessayez."

Ton analyse du 12 octobre derneir était effectivement prémonitoire.

En ce qui concerne la multiplication des candidatures d'extrême gauche, il faut savoir qu'une candidature aux présidentielles ouvre le droit à un financement public pour les 5 ans suivants. Chacun défend ses idées mais aussi sa boutique et son financement.

Écrit par : René | 23/03/2007

Tes réflexions sont pleines de pertinence... Ces dernières semaines, j'ai pas mal fréquenté de gauchistes, style Education Nationale. Leur réflexion paraît triste et vieille et ils pètent facilement les plombs. Cela ressemble à ce que tu écris.
S'il y a une alternative, elle est dans le renouvellement d'une vision organique du monde, tous azimuts. C'est-à-dire où ce n'est plus l'instant qui domine, mais la complexité de la vie, le temps et la potentialité cachée dans le présent, l'importance des relations des hommes entre eux, avec la nature et avec leur avenir. On peut penser à nos enfants et à ce qu'on va leur donner. Il n'y a pas encore de programme politique là dessus, mais on peut y songer.

PS philosophique. Il faudrait perdre l'habitude de confondre Hegel et Marx ! Il y a une lecture marxiste de Hegel, mais je ne suis pas sûr qu'il s'y reconnaîtrait. Marx non plus d'ailleurs : Marx reste judicieux comme analyste de la société du dix-neuvième siècle et les quelques vestiges qui en restent. On en est loin aujourd'hui, c'est vrai. Quant à la philosophie de Hegel, elle est essentiellement une philosophie de l'Esprit. Elle peut être interprétée dans un sens opposé et j'estime qu'il a redonné des espaces aux phénomènes (le vrai fondateur, me semble-t-il, de la phénoménologie), contre Kant qui a posé des limites à la raison et clos la philosophie antique.
Ce sont Feuerbach et Engels qui sont les vrais idéologues cachés derrière Marx.

En toute amitié.

Écrit par : Nicorazon | 24/03/2007

Cher Nicolas,

Voilà qui va me décider à tenter la phénoménologie de l'esprit. Et me voilà parti pour un minimum de 3 mois d'immersion totale ; mais je n'ai pas regretté ceux passés chez Kant.

Écrit par : René | 28/03/2007

Hegel est insupportable ! Il faut vingt ans au moins pour le comprendre (il y a encore plein de trucs que je ne pige pas)... C'est l'inverse des philosophes des Lumières, des scientifiques et des pédagogues : on comprend non par construction, mais par intégration globale (une fois qu'on a tout lu...). Un peu comme le développement d'un être vivant : c'est une unité qui se développe, et non des éléments qui s'additionnent. Et puis, il faut impérativement se détacher de l'interprétation marxiste qui a dominé en France (lis les commentaires de Pierre-Jean Labarrière, par exemple).
Comme tu es plus frais que moi (je suis un peu naze sur ces sujets), ce serait super que tu te lances et que tu gardes ton esprit critique (avec Kant, tu es bien formé). Moi, je réessaie Heidegger depuis que tu m'as relancé sur le sujet (en essayant de faire abstraction des bruits de bottes)... et je reste fidèle à Whitehead, l'un de mes préférés : je relis intégralement "Process and Reality" qui n'a aucun équivalent, me semble-t-il, dans la philo.

Tiens, je vais m'abonner à ton fil de discussion...

Écrit par : Nicorazon | 30/03/2007

Les commentaires sont fermés.