Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2007

Les parkings votent Bayrou. Pas moi

Ah, ces déplacements en province. Les levers à 5h30 pour l'avion ou le train du matin et le retour tard quand les enfants dorment déjà.  Le plus dur de la journée c'est le parking. Encore engourdi à 7h du matin, arriver dans celui de la Gare du Nord et cette odeur d'urine mêlée au gaz d'échappement. Vous qui débarquez de l'Eurostar, Welcome in France. Hier j'étais en déplacement à Lille, TGV de 7h28. Quel miracle ! Dans le parking Vinci de la Gare du Nord, on diffuse des enregistrements d'oiseaux. Voilà qui me rappelle ce disque 45 tours de mon enfance qui nous faisait passer une journée avec leurs chants, depuis l'alouette du matin jusqu'au rossignol du soir. L'aigle trompette, l'alouette turlute et la cigogne craquette. Le commentaire un peu pédant de ce vieux disque me revient pendant que je traverse le parking. Autre miracle, l'odeur a disparu et ça sent  le printemps. C'est la campagne idéalisée telle qu'on nous la diffuse, que l'on entend et que l'on sent dans les parkings de la Gare du Nord. 

De retour le soir, c'est la queue habituelle ! Seule la caisse du milieu fonctionne et permet de payer son tribut, 22 Euros  la journée. Dans le parking, les mêmes chants vous  accueillent. L'enregistrement a dû tourner en boucle toute la journée pour saluer ce printemps précoce. Soudain, couvrant les oiseaux : ding dong, les cloches du village. Le message, est là, évident, c'est la force tranquille qui revient encore dans cette campagne. Même les parkings votent pour lui. Ce paysage bucolique, ce clocher, cet homme enraciné dans sa terre, le plus rural de nos candidats, aujourd'hui c'est Bayrou évidemment. Je l'annonçais déjà le 15 décembre !!  il a le meilleur slogan  "Nombreux sont ceux qui disent : nous aimons la France de toutes nos forces. Aujourd'hui elle a besoin de toutes nos forces"

Jacques Chirac, qui garde son sens politique, a bien senti le vent et réussit son meilleur discours en nous avouant, enfin, son amour. Les autres candidats ont également suivi mes conseils, ils ont laissé tomber la "rupture tranquille" et "l'ordre juste" . Mais il leur manque encore ce côté terrien qui va faire la différence cette année. Sarkozy a bien tenté un recentrage. Après avoir avoué qu'il ne buvait jamais de vin, il s'est mis à plafonner dans les sondages. Du coup il a tenté le Sancerre, mais il le supporte  mal et commence à dire beaucoup de bêtises. Ségolène Royal qui a pourtant des références, n'exploite pas son long combat en faveur du chabichou.  Et c'est François Bayrou - le seul candidat qui sait conduire un tracteur - (avec José Bové sans doute ) qui devient le chouchou des sondages et des commentateurs. Une fois de plus les Français auront déjoué les pronostics en le plaçant en position d'être au second tour.

Je déteste ce faux bon sens, toujours qualifié de paysan. Bayrou parle beaucoup de la dette. La dette est une contrainte, ce n'est pas un programme. Bayrou ne fait pas de promesses, "qui nous ont fait tant de mal", il nous dit des contes de fées. C'est l'alliance de l'épée et du bouclier. On prend le meilleur de chaque camp, et miraculeusement tout le monde s'entend pour se rassembler sous sa houlette. "Si je suis élu président de la République, le peuple français aura donné un mandat impératif aux forces politiques du pays"  affirme-t-il. François Bayrou se trompe d'élection, on ne vote pas pour les forces politiques du pays, on vote pour un candidat. La parcours de celui-là ne plaide pas pour ses qualités d'écoute. Bayrou est le seul "rassembleur" qui ait  vidé son parti. N'y restent plus que ceux  veulent bien se dévouer au service exclusif de son ambition personnelle. Comment nous faire croire qu'en un mois, ce parti vide se transformera en un parti de gouvernement. Une base de 29 députés ne devient pas une majorité. Bayrou devra cohabiter avec le vainqueur des élections législatives qui serait probablement le Parti Socialiste. Voter Bayrou, c'est l'immobilisme assuré qui fut sa politique au ministère de l'Education nationale. C'est un non-choix et c'est repousser pour 5 ans de plus les réformes nécessaires à ce pays. Je ne voterai pas pour lui. 

Commentaires

"on ne vote pas pour les forces politiques du pays, on vote pour un candidat." : et comme Sarkozy est hors de question et Ségolène Royal consternante c'est précisément ce qui fait la force de Bayrou. Peu importe qu'il ait ou non une majorité pour gouverner de toute manière c'est l'élection législative où l'on décide qui gouverne. Si François Bayrou n'a pas de majorité et bien il cohabitera avec celui qui aura la majorité parlementaire et cela ne veut pas dire l'immobilisme. Après tout le meilleur gouvernement de ces vingt dernières années, celui de Lionel Jospin, a mené des réformes importantes pour les Français. L'enjeu essentiel de cette élection est de barrer la route à Sarkozy par tous les moyens. Si en plus Bayrou réussi son projet alors tant mieux, c'est un bonus.

Écrit par : valery | 18/03/2007

T'as bientôt fini d'ébranler mes convictions ? Moi qui pensais (peut-être) voter Bayrou !!!

Écrit par : Nicorazon | 24/03/2007

Bonsoir, "Une base de 29 députés ne devient pas une majorité." vous avez bien raison : les 5 députés de l'ADQ (sur 125 à l'Assemblée) se sont transformés en 41, ses 13-18% des précédentes législatives se sont transformés en 25% dans les sondages et en 31,5% le jour du vote, la droite conservatrice au pouvoir n'a guère conservé ses sièges que dans les quartiers chics de la capitale ... mais elle a bel et bien gardé la majorité ... relative.

Écrit par : FrédéricLN | 28/03/2007

Frédéric,
Je ne connais pas la situation au Québec. Il m'est donc difficile d'en dire plus à ce propos. La progression de l'ADQ est effectivement impressionnante, mais apparemment il n'est toujours pas majoritaire.
Je n'imagine pas une telle progression pour l'UDF, et même si celle-ci se réalisait, nous serions toujours dans une situation de cohabitation. Que Bayrou le dise et ne fasse pas mine de croire à un miraculeux double raz de marée présidentiel puis législatif en sa faveur.
René

Écrit par : René | 30/03/2007

Pourtant, après avoir voter Bairou au premier tour, je lui donnerai ma voix sans hésitation aux législatives...

Écrit par : Hola | 14/04/2007

Les commentaires sont fermés.