Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2007

Spéciale St Valentin

C'est donc par hasard, en me promenant sur Internet, que j'ai découvert ce mot : la sérendipité. Et ma découverte est assez récente puisqu'elle est contemporaine du tohu-bohu provoqué par la bravitude. Entre parenthèses, je continue à m'étonner du flot de commentaires sarcastiques provoqué par cette création plutôt bienvenue. Alors que ce mot connaît l'infortune que l'on sait, la sérendipité n'est pas discutée. On sait qu'Internet est devenu un champ privilégié d'intervention de nouveaux pions qui écument les commentaires de leurs corrections grammaticales. Comment un mot aussi monstrueux a-t-il pu déjouer la surveillance de ces ayatollahs de l'orthographe ?

C'est sans doute que le charme de sa signification rattrape la laideur du mot. Wikipedia, qui sait tout, donne cette définition. La sérendipité est :

"la qualité qui consiste à chercher quelque chose et, ayant trouvé autre chose à suite d'un concours malheureux de circonstances, à reconnaître immédiatemment que ce qu'on a trouvé a plus d'importance que ce qu'on cherchait et à abandonner son ancien objet de recherche pour se consacrer au nouveau ».

L'île de Sri Lanka que l'on appelait Ceylan se nomme aussi Serendip. Toute l'histoire vient de là, et d'un chameau malchanceux au point d'être édenté, borgne et boiteux. Trois princes de Serendip donnèrent ces détails grâce aux indices qu'avait laissé l'animal perdu par son chamelier, et qui permirent de le retrouver. Une fois rapportée en Europe, cette histoire devient le symbole d'un certain talent d'observation, puis de la découverte par hasard de résultats que l'on ne cherchait pas. Wikipedia propose des adjectifs correspondants : "En français, on pourrait avoir « sérendipiteux » (une découverte sérendipiteuse), « sérendipitant » (proposé par Jean-Michel Briet) et « sérendipien » (une démarche sérendipienne )." On voit bien qu'une découverte sérendipiteuse serait déconsidérée par son suffixe, et qu'une démarche sérendipienne a des consonnances oedipiennes suspectes. Sérendipitant sera sauvé ; il tombe bien dans la bouche et il rappelle du crépitant ou du palpitant.

Comme vous pouvez le deviner, ma science est récente et je vous laisse découvrir par sérenpidité sérendipité plus de détails. Je ne résiste quand même pas à vous faire partager ma plus belle découverte : La Serendip Attitude  : "En entreprise, l'exploitation de ces accidents nécessite, pour reprendre le mot de Pasteur, des esprits préparés. C'est ce que nous appellerons la Serendip Attitude" . Par là même, nous voilà très proche de la positive attitude, et nous retrouvons notre bravitude.

D'après toutes mes recherches, la sérendipité ne concerne que les découvertes scientifiques.  Suivant une autre définition, "la sérendipité est effective à partir du moment où, cherchant quelque chose et ayant trouvé autre chose, on reconnaît que ce qu’on a trouvé est plus intéressant ou a plus d’importance que ce qu’on cherchait". On ne dit pas ce que devient ce que l'on cherchait et que l'on n'a toujours pas trouvé. Il faudra sans doute le retrouver en cherchant encore autre chose qui n'a rien à voir.

 J'aimerais étendre cette définition en revendiquant un autre aspect de la sérendipité : Si l'on ne cherche rien, que l'on trouve quand même, et que l'on part blasé  pour revenir heureux. Un certain 31 décembre 1993, je n'attendais rien et je ne cherchais pas. A 10h30 du soir, j'hésitais encore entre une soirée glauque et solitaire et un réveillon stupide et  mondain. L'avantage d'un 31 décembre est qu'il faut bien se décider si l'on veut arriver avant minuit. J'arrivais donc à minuit moins le quart, bien décidé à ne rester que le temps d'un minimum syndical et grognon. C'est à minuit pile que je l'embrassais. Vous avez deviné la suite, puisqu'à 5 heures du matin, nous savions que nous nous marierions. Voilà une belle histoire d'amour de la collection rose mais qui dure encore. Elle est quand même plus séduisante que cette histoire de chameau borgne. Nous la devons à Horace Walpole qui a lancé la vogue du roman noir. Il n'y a vraiment que des anglais pour rapporter un terme aussi laid et une histoire aussi bête. Je me félicite encore aujourd'hui de ne l'avoir pas connue ni donc racontée. J'aurais ruiné toutes mes chances, et c'est piteux comme dépité que j'aurais terminé ce réveillon.

Il faut que la langue vive avec ses mots. La sérendipité anglaise du chameau borgne ne sert qu'à décrire des inventions scientifiques inopinées. Une de mes préférées est  "L'effet anti-cancer du Macrogol  découvert par Denis Corpet en étudiant l'effet promoteur des charcuteries sur les tumeurs colorectales." Mais, pour une fête de Saint Valentin ça ne fait pas rêver. Je propose donc de ranger parmi les phénomènes de sérendipité le coup de foudre et tous les jeux de l'amour et du hasard. Le marivaudage est sérendipitant. Qu'on se le dise !

Bonne fête à tous les amoureux ! Bonne fête ma chérie !

18:12 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Bonne fête mon chèri. Ta rencontre du 31 dècembre 1993

Écrit par : Laetitia | 14/02/2007

J'aime l'idée que l'on puisse Serendiper son amour, qui lui même débouche sur le mariage. Mais ça marche rarement : ce qui fait sans doute partie de la définition ?

Écrit par : yves duel | 05/03/2007

On commence par la magie d'une rencontre et ce jeu de l'amour et du hasard. Après ça devient une autre histoire. C'est toujours de l'amour mais il n'y a plus de hasard, même s'il faut toujours se ménager des surprises.

Écrit par : René | 07/03/2007

Les commentaires sont fermés.