Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2007

Un programme ne se construit pas comme Wikipedia

Entre un référendum et une élection présidentielle, on est en train de s'apercevoir qu'il y a une différence de nature profonde. Le pari de Ségolène Royal était de prolonger la victoire du Non au référendum européen, par une stratégie d'encouragement d'un mouvement citoyen contre la coalition bien pensante des médias et des élites.

Son initiative a surpris tout le monde et son désir d'avenir a été reçu avec beaucoup de bienveillance et de sympathie. Les internautes ne pouvaient que s'intéresser à la construction d'un programme, dont la méthode apparaît copié sur le fonctionnement de Wikipedia. Elle a donc gagné avec aisance la première manche contre des éléphants balourds qui n'ont jamais pu remonter leur handicap de départ.

Dans l'euphorie de cette première victoire, Ségolène Royal a oublié qu'elle avait également bénéficié de l'appui constant des médias traditionnels à l'affût d'une nouvelle star et de l'intérêt de certaines élites ravies d'accompagner un phénomène qu'elles pensaient pouvoir récupérer.

Mais elle n'a pas renvoyé l'ascenseur ! Elle n'a pas su flatter les intellectuels et les médias en leur laissant leur place habituelle. L'apport de Jack Lang s'est avéré nul de ce point de vue. Face à un Nicolas Sarkozy archi-préparé, qui contrôle une bonne partie des médias traditionnels et qui bénéficie de multiples sympathies dans la blogosphère, la partie est trop inégale. Cette deuxième manche est donc un échec total.

Entre un référendum et une élection présidentielle il y a  la même différence qu'entre un commentaire de texte et une authentique création littéraire. Le texte est donné, il ne sera plus modifié et son contour est fini. Les candidats sont des êtres humains au discours variable. Pour un référendum l'incertitude n'est due qu'au jugement sur le contenu  d'un texte figé. Il y a bien longtemps que les responsables politiques ne mettent plus en jeu leur charge, suivant le résultat d'un référendum. 
Lors  d'une élection, l'incertitude est entretenue par le mouvement des candidats qui adaptent constamment leur comportement et leur discours au déroulement de la campagne. On vote autant, sans doute plus pour une personnalité, que pour un programme. Elle sera  plus fidèle à elle-même, qu'à un programme toujours trop optimiste et très vite inadapté aux circonstances de l'histoire.


Le texte du référendum est connu, c'est la base commune du débat. Les programmes doivent être créés et ils sont différents. A l'antithèse d'un Lionel Jospin, le pari de Ségolène Royal repose sur cette croyance en la possibilité d'une création collective. Le parallèle avec Wikipedia est frappant et l'a certainement inspirée. Elle n'a pas étudié assez cette encyclopédie. Quelles que soient les discussions sur la qualité et la pertinence des articles de Wikipedia, son ambition se limite au recensement de connaissances acquises. Ses principes fondateurs précisent bien que :

"Ce n'est pas non plus l'endroit où faire part de vos opinions, expériences ou débats — tous nos éditeurs se doivent de respecter l'interdiction du travail original et de rechercher une exactitude aussi poussée que possible"

Elle aurait du tenir compte de l'expérience de Wikipedia. Sans l'appui des médias qui lui sont devenues hostiles, en méprisant les apports  des experts officiels, pour parier sur ce surgissement populaire, l'ambition de Ségolène Royal paraît démesurée. La création collective est une vieille chimère.  "La poésie doit être faite par tous. Non par un" écrivait Lautréamont. Il a inspiré les surréalistes qui ont laissé quelques oeuvres écrites à plusieurs mains.  Très vite, chacun suivit son propre chemin. Et puis on ne croise pas tous les jours un Eluard ou un René Char.

Pour une fois, soyons un peu cruel. On peut faire un tour sur les blogs de soutien à sa candidature, chez "centpenséespourvous" on apprend que :

"La lutte, c'est donc du "Seule contre tous". Et pourtant, faut gagner le match sinon peut-être pas nous, mais nos enfants et petits-enfants étoufferont à cause de l'effet de serre...et connaîtront ... un remake de l'engloutissement de l'Atlantide. Hausse du niveau des océans de 6 mètres prévue scientifiquement avant 2050 par les scientifiques, dans l'état actuel des choses..."

La troisième manche commence la semaine prochaine avec ce genre de contribution...

La belle n'est pas jouée, mais il faudrait beaucoup d'erreurs dans les autres camps et une personnalité qui se révèle soudain exceptionnelle pour que Ségolène Royal puisse revenir dans le jeu.

Commentaires

Merci de votre passage sur notre blog. Cette vision faisait aussi le voeu pieu que chacun ait le recul différent pour mesurer l'impact de telle ou telle mesure sur l'économie et la société française en générale. Comme le souhait de revaloriser les bas salaires et donc le niveau du SMIC, très populaire mais très destructeur....Les bonnes décisions ne vont souvent pas de paires avec l'opinion...

Écrit par : feuch | 07/03/2007

Bonjour Feuch,
Bizarre de relire ceci un mois après.
Que reste-t-il de cette phase participative depuis le retour des éléphants ? J'avoue que je n'ai pas suivi de très près les derniers épisodes mais il semble bien que l'on soit revenu à des méthodes plus traditionnelles.

Écrit par : René | 07/03/2007

Les commentaires sont fermés.