Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2007

L'homme de l'année c'est Don Quichotte

medium_don_quichotte.jpgIl y a des moments où tout bascule dans ce pays que l'on croit momifié. En quelques semaines, le droit au logement opposable va devenir une réalité. Tous les candidats et le Président de la République en sont d'accord, et l'on peut s'attendre à un vote à l'unanimité à l'Assemblée Nationale. Voilà qui démarre en beauté cette nouvelle année.

Je ne vais pas faire un procès trop facile aux hommes politiques pour leur reprocher de prendre enfin à bras le corps le problème des mal ou non-logés. Comme beaucoup, je passe à côté des SDF sans leur prêter plus d'attention. De temps en temps on en parle, on lève les bras au ciel, puis on passe à autre chose. Sauf quelques associations, c'est bien toute la société française qui s'est résigné à ce scandale. La classe politique est plutôt en avance, élection oblige peut-être, et puis tant mieux si c'est l'occasion d'avancer.

Le droit au logement a été constamment réaffirmé depuis au moins 25 ans. Voir l'entrée dans Wikipedia et surtout le rapport de novembre 2003 :

"C’est d’abord la loi “ Quilliot ” du 22 juin 1982 qui a proclamé que “ Le droit à l’habitat
est un droit fondamental ”. Puis, la loi “ Mermaz ” du 6 juillet 1989, établissait que “ Le
droit au logement est un droit fondamental ”.
Le droit au logement constituera ensuite l’objet même de la loi “ Besson ” du 31 mai
1990, qui définira les moyens de sa mise en oeuvre"

On sait que le législateur adore proclamer les grands principes, multiplier les lois sans se soucier de leur application et de leur résultat. Un droit opposable permet au plaignant de faire condamner toute autorité publique qui ne respecte pas la loi. C'est bien la différence entre une obligation de moyens qui relève de l'incantation et une obligation de résultats qui se constate et se sanctionne. Quoi que l'on pense des hommes politiques, ils se donnent volontairement les outils et les contraintes qui les forceront à respecter ce droit. Le droit opposable, ça marche. Il existe déjà le droit à l'éducation et le droit aux soins médicaux. On peut discuter de la qualité de l'éducation nationale ou du système de soins. Personne ne discute que ces droits existent et qu'ils ont marqué des progrès réels et mesurables

Quelques libéraux bornés distinguent deux catégories de droits :

" les vrais et les faux. Les vrais droits de l’homme, ce sont les droits-libertés : liberté, propriété, résistance à l’oppression, etc.. Ce sont ceux qui ont été déclarés à partir du XIIème siècle dans les grands textes anglais, puis à la fin du XVIIIème siècle en Amérique et en France. Les faest 'ux droits de l’homme, ce sont les

droits-créances : droit au travail, au logement, aux prestations sociales, à un environnement sain, etc.. Ce sont ceux qui ont été inventés en permanence depuis plus de deux siècles dans les textes à caractère socialiste."

Le droit au logement est donc un faux droit puisqu'il est classé socialo-communiste, comme les autres droits-créances dont l'éducation et les soins médicaux. L'auteur n'ose pourtant pas citer ceux-ci. Laissons donc plusieurs centaines de milliers de mal-logés à leur vrai droit : coucher sur le trotoir ou dans des logements insalubres.

Changer le monde avec 3000 Euros

Les six membres de la famille Legrand auraient investi 3000 Euros dans l'achat de leurs tentes. Les associations plus anciennes ont salué avec élégance l'action de ces ouvriers de la onzième heure. Quand nous les détournions, ils ont su garder leurs yeux ouverts et monter leur opération avec un savoir-faire médiatique impressionnant.

medium_time_you.6.jpg

 

D'après Time Magazine, l'homme de l'année, c'est YOU : Toi et moi. Pour mieux se fairemedium_new_collage_time_quichotte.3.jpg comprendre, la couverture du magazine est constituée d’une surface métallique réfléchissante.  En la regardant, on voit son image. J'aime bien les blogs, mais je déteste leur côté narcissique. On peut dire que Time a bien illustré cette ambiguité. Mais pour moi, l'homme de l'année qui commence c'est Don Quichotte.

 

 

 

 

 

 



 

Commentaires

Bonjour,
J'écris un livre. Puis-je reprendre quelques éléments de ce texte et vous citer bien sûr ?
Tessa Destais

Écrit par : tessa | 05/01/2007

Bonjour Tessa,

Je ne me suis pas encore préoccupé des questions de droit sur ce blog. Cela fait partie des choses que je vais mettre en place cette année.
J'utiliserai sans doute la licence "Creative Commons" à des conditions semblables à votre demande.
Vous pouvez donc utiliser ce texte en me citant.

Merci de votre demande, et bon courage pour votre livre,

René

Écrit par : René | 05/01/2007

Les commentaires sont fermés.