Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2006

Je vous écris depuis Solaris 10

Et autant le dire tout de suite, ce papier est plutôt favorable à mon employeur actuel: Sun MicroSystems. Je vous écris depuis Solaris 10 sur un PC portable Toshiba.


root@port-rdebeauregard:/usr/sbin # uname -a

SunOS port-rdebeauregard 5.10 Generic_118844-26 i86pc i386 i86pc


Un Solaris10 gratuit que l'on peut télécharger ici. Et, si l'on veut participer au projet OpenSolaris, c'est ici.


Je vous écris avec StarOffice8, pour mon blog, auquel je pourrais accéder avec Firefox 2.0 pour Solaris10, disponible ici.


Les bloggeurs ne parlent guère de Solaris. Ils se contentent trop souvent du duo Windows Linux avec parfois une touche de MacOs pour quelques passionnés. C'est vrai que la stratégie de Sun pour les architectures x86 a été longtemps assez vaseuse. La vague Linux est arrivée sans que les dirigeants de Sun n'y voient rien. Ils étaient trop concentrés sur l'architecture Sparc, qui généraient le principal des revenus. Scott McNeally, lui-même, a reconnu son erreur, d'avoir laissé tomber pendant quelque temps les versions Solaris sur x86. Tout cela a été corrigé, et maintenant, les deux versions Solaris sont développées et maintenues au même rythme.

Longtemps mal comprise, la stratégie Solaris de Sun m'apparaît maintenant de plus en plus comme étant la plus féconde, à la fois en terme de valeur pour le client que pour la communauté.

Oracle, Microsoft et Novell

Pendant ce temps, ça secoue dans le monde Linux. Les deux géants du logiciel Microsoft et Oracle prennent des positions agressives vis à vis de RedHat.


Oracle propose un support pour un « unbreakable Linux » pour un prix beaucoup moins élevé que l'offre RedHat. Larry Ellison est un habitué de ce genre de coup médiatique. On verra s'il y a vraiment quelque chose derrière.


Dans un autre genre, Microsoft et Novell signent un accord de coopération.

« Le dernier axe de développement commun concerne la compatibilité des formats de document, afin d'améliorer l'interopérabilité entre les applications bureautiques...» Ca c'est l'accord avec Novell.

On se souvient peut-être que Microsoft et Sun avaient signé un accord similaire en 2004.

« Les deux groupes ont également conclu des partenariats techniques, pour garantir une meilleure interopérabilité entre leurs produits... » Ca c'était l'accord Microsoft Sun

Un peu de bruit, pour un joli tas de dollars cash, et de bonnes intentions techniques. Je ne suis pas certain que ce nouvel accord soit un événement énorme pour l'industrie du logiciel. L'aspect juridique et financier est sûrement le moteur de cet accord en vue du futur procès SCO/IBM en 2007 à propos des droits sur les souches Unix.

Et Solaris

Néanmoins, le point commun à ces accords récents, est bien entendu la reconnaissance de la place de l'Open Source. Les deux plus gros éditeurs de logiciels propriétaires ne le combattent plus à front ouvert. Ils en prennent acte, et l'intègrent dans une stratégie de contournement.

L'autre point commun à tous ces accords est l'importance accordée par tous ces grands acteurs, à la couche du système d'exploitation. Pour en revenir à Sun et Solaris, si la question du maintien de la souche x86 a pu se poser, il n'a jamais été question de désinvestir au niveau de Solaris en tant que tel. La stratégie OpenSource de Sun apparaît de plus en plus clairement. Elle cherche à concilier ce qui peut paraître incompatible, ouvrir le code Solaris auprès de la communauté OpenSource tout en garantissant les droits de propriété intellectuelle, et la stabilité à long terme de la technologie et de son support.

L'attaque d'Oracle, qui se fiche pas mal de la communauté, met en danger le modèle économique de Redhat. L'accord Microsoft Novell jette le doute d'un point de vue juridique et de la protection des droits intellectuels, envers les autres distributeurs Linux.

Au milieu de tout cela, Sun dispose des droits intellectuels sur Solaris. Solaris reste la référence Unix, à la fois sur architecture Sparc, et maintenant sur architecture x86, et même PowerPC (vous avez entendu parler de Polaris?).

Sun a aussi mettre le code Solaris (et tout le software Sun à terme) en OpenSource, pour diffuser sa technologie, et faire profiter la communauté des développeurs et de ses clients de la force de ce mouvement.


Finalement, après bien des années dfficiles, c'est peut-être un bon choix de continuer avec Sun!

En plus Jonathan Schwartz nous annonce une semaine prochaine pleine d'annonces.


Je n'en sais pas plus, mais,  « stay tuned... », comme ils disent.

 


Les commentaires sont fermés.